Un hommage national sera rendu en fin de semaine aux trois jeunes policiers morts dimanche matin après un terrible accident de voiture dans le Nord.
L'émotion est très grande au commissariat de Roubaix, où ils travaillaient tous les trois.
Selon la procureure de Lille, le conducteur du véhicule, qui les a percutés, avait consommé de l’alcool et de la drogue avant de prendre le volant.

Depuis dimanche matin, des dizaines d'habitants de Roubaix viennent déposer des fleurs devant le commissariat où les trois jeunes policiers tués travaillés. Paul, 25 ans, attendait un enfant avec sa compagne. Steven, 25 ans aussi, était père d'un enfant d'un an. Manon, 24 ans, venait juste de terminer sa formation. Devant le commissariat, l'émotion est vive. "C'est important, ils sont là quand on a besoin d'eux. Ce sont des jeunes qui ne méritaient pas de finir leur vie comme ça", nous lance une passante.

Le chauffard connu des services de police

Dimanche 21 mai, les trois policiers prennent leur service à 6 heures du matin. Vers 7 heures, ils transportent à bord de leur véhicule une mineure de 16 ans vers un hôpital pour lui faire passer un examen après une agression. Ils empruntent une départementale à Villeneuve d'Ascq. Le véhicule de police, gyrophares allumés, percute alors une voiture de marque Alfa Romeo, qui circulait à contresens sur une route limitée à 90 km/h. Sur les deux personnes à bord, le conducteur décède, alors que le passager de 23 ans est grièvement blessé. 

Les images ci-dessous parlent d'elles-mêmes, le choc a été extrêmement violent.

TF1
TF1

"Les premiers éléments de l’enquête viennent conforter l’hypothèse d’un choc frontal intervenu entre les deux véhicules", a expliqué la procureure de la République, Carole Étienne, lors d'une conférence de presse lundi. "Le compteur de vitesse de la voiture est resté bloqué juste en dessous de 120 km/h", a-t-elle également souligné. 

Le conducteur mis en cause "présente un taux d'alcool dans le sang de 2,08g/l et il est par ailleurs positif au cannabis"selon la procureure. Le chauffard décédé était un homme de 24 ans. Il était connu des services de police et avait été condamné pour des faits de droit commun, mais pas de délits routiers. Selon une source proche de l'enquête, le suspect n'avait ni assurance, ni carte grise, ni contrôle technique valable.

L'état de santé de la jeune femme de 16 ans, grièvement blessé dans l'accident, ne permet toujours pas qu'elle soit entendue par la police. Le pronostic vital du passager de l'Alfa Romeo demeure lui "engagé". Deux pompiers ont déposé plainte à la suite d'"insultes" prononcées par cet homme "à leur encontre durant l’intervention", a écrit le président du SDIS du Nord, Jacques Houssin, sur Twitter.

Les enquêteurs vont désormais analyser les images de vidéosurveillance pour tenter de retracer le parcours des deux hommes avant le drame.


Antoine LLORCA | Reportage TF1 : Sophie Chevallereau, Zack Ajili, Manon Debut

Tout
TF1 Info