Le 13H

"On les aimait beaucoup" : sidération dans l'Ain après le quintuple meurtre familial

TF1 | Reportage Christophe Buisine, David Paturel
Publié le 21 juillet 2022 à 16h33, mis à jour le 21 juillet 2022 à 16h40
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Un forcené a été abattu mercredi par le GIGN après avoir tué cinq membres de sa famille recomposée dans une maison de Douvres (Ain).
L'émotion est très forte dans le village au lendemain de la découverte de ce quintuple meurtre.
Les habitants, sous le choc, décrivent une famille discrète mais très appréciée.

"On a tenu à allumer ces bougies pour rendre hommage à cette famille qu'on a connue il y a un petit peu plus d'un an maintenant, et qu'on aimait beaucoup". Au lendemain de la découverte d'un quintuple meurtre familiale dans une maison de Douvres (Ain), les voisins de cette famille recomposée sont toujours en état de sidération. Devant l'église du village, certains ont déposé des gerbes de fleurs, quand d'autres sont venus allumer cinq bougies.

Le plus jeune fils de la famille, âgé de 5 ans, était scolarisé dans la commune, et des liens s'étaient créés. "Ça fait mal au cœur pour le petit Eliott, qu'on connaissait bien. Je l'ai vu chez ma fille il n'y a pas longtemps...", confie une habitante, des sanglots dans la voix, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

Lire aussi

La famille, installée à Douvres depuis plus d'un an, était discrète. Mais le père, chef d'entreprise, aimait échanger quelques mots avec cette habitante qu'il croisait régulièrement. "Tous les jours, je promène mon chien, et tous les jours, il me souriait, me disait bonjour et je lui répondais. C'est très triste, je suis très touchée", raconte-t-elle. "Je le connaissais un petit peu, mais vraiment pas beaucoup. Quand je passerai devant, j'aurai toute ma vie l'image de que qui a dû se passer dedans", dit de son côté un autre habitant.

Tous se demandent aujourd'hui ce qui a pu pousser un jeune de 22 ans, connu pour ses antécédents psychiatriques, à commettre l'irréparable. "Ça me fait peur parce que c'est à côté, mais même ça peut se passer n'importe où", estime une habitante.  "C'est toute une famille décimée, c'est effroyable, vraiment horrible", lâche une autre. Pendant ce temps, les gendarmes de la section de recherches de Lyon continuent leur perquisition pour tenter de trouver une explication à ce geste fou.


TF1 | Reportage Christophe Buisine, David Paturel

Tout
TF1 Info