"Adjugé !" : une vente aux enchères de biens saisis dans des affaires de stupéfiants a été organisée ce mardi à la cour d'appel de Paris.
Près de 300 lots ont été mis à prix pour un total de près de 700.000 euros.
On y trouve pêle-mêle des montres, des sacs, des vêtements de marque, mais aussi des voitures de luxe.

Si vous vouliez connaître ce qui se cache dans les placards des trafiquants de drogue, il fallait se rendre ce mardi dans la vaste salle des "grands procès" de la cour d'appel de Paris, construite pour les audiences exceptionnelles, où se tenait une vente aux enchères de biens saisis dans des affaires de stupéfiants. Parmi les lots présentés, des chaussures multi-colores côtoient des espadrilles serties de faux diamants. Mais les dealers font aussi le ménage, preuve en est, un aspirateur sans fil étaient mis en vente pour 200 euros. 

Un retraité, qui n'en est pas à sa première vente, fait partie des curieux, car celle-ci l'intriguait. "Je suis venu par curiosité, j'imagine que beaucoup de trafiquants ont des montres, mais j'ai vu des choses de mauvais goût", dit-il dans la vidéo du JT de 13H en tête de cet article.  

Les trafiquants sont surtout amateurs de Rolex
Geoffroy Adder, expert en montres et horlogerie de collection

À ce sujet, un ensemble pyjama en soie Dior, couleur vert pomme, assorti à un bob, avait bien du mal à séduire les clients. L'un d'eux s'offusque d'ailleurs de cette vulgarité. "Mais bon, c'est du goût des dealers et compagnie donc ça ne m'étonne pas", lance-t-il. Du mobilier était aussi présenté ainsi qu'un quad, un vélo et des consoles de jeux. Au total, 277 articles achetés avec de l'argent sale se sont retrouvés aux enchères. Tous ont été confisqués à des dealers condamnés, mais aussi à leurs épouses ou leurs maîtresses. 

Dans une salle d'audience attenante, des vitrines contenant des montres de luxe, des bijoux et des pièces d'or attiraient tous les regards. "Les trafiquants sont surtout amateurs de Rolex", précise Geoffroy Adder, expert en montres et horlogerie de collection. Cette célèbre marque de montre est en effet devenue le symbole de la réussite chez les voyous. "Si vous voulez vous affirmer et montrer que vous avez 'réussi', vous portez une Rolex", ajoute-t-il. 

Le fruit de cette vente sera reversée à la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) au grand dam de ces narcotrafiquants souvent furieux de voir leurs patrimoines saisis par la justice. "Les personnes qui vont être condamnées à 5, 7, 8 ans d'emprisonnement ferme, vont acquiescer à cette peine. Ils vont commencer à la purger, mais par contre, ils vont aller jusqu'à la cour de cassation pour récupérer leurs biens mal acquis, ce qui démontre la pertinence de cette peine et que cette peine leur fait mal", admet Nicolas Bessone, directeur général de l'Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (AGRASC).

Plus de 11.000 personnes s'étaient inscrites sur les plateformes de vente en ligne, précise un organisateur. L'un d'eux est reparti avec une Lamborghini blanche, "confisquée par le tribunal de Lorient", et adjugée 138.000 euros. D'autres ventes de bateaux et de véhicules se déroulaient en outre-mer ces derniers jours et viendront gonfler le total des gains. En 2022, les avoirs criminels saisis par la justice ont été évalués à 770 millions d'euros, selon la Chancellerie.


Virginie FAUROUX | Reportage : Georges Brenier, Guillaume Vuitton et Marc Kouho

Tout
TF1 Info