Meurtre de Maëlys : Nordahl Lelandais condamné à perpétuité

Vienne : Nordahl Lelandais condamné à huit mois de prison ferme pour "recel"

Aurélie Sarrot
Publié le 9 mars 2022 à 19h24
La piste Nordahl Lelandais est examinée dans une quarantaine de dossiers.

La piste Nordahl Lelandais est examinée dans une quarantaine de dossiers.

L'ancien maître-chien était jugé ce mercredi par le tribunal de Vienne (Isère) pour "recel".
L'administration pénitentiaire avait découvert en 2021 deux téléphones portables dans sa cellule.
Le détenu est à l'isolement à la maison d'arrêt de Saint-Quentin Fallavier.

Moins d'un mois après sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté pour le meurtre de Maëlys de Araujo en 2017, Nordahl Lelandais avait de nouveau rendez-vous avec la justice ce mercredi. Extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de Saint Quentin Fallavier, ce mercredi, l'ancien maître-chien aujourd'hui âgé de 39 ans a été escorté jusqu'au tribunal de Vienne (Isère) pour y être jugé pour "recel".  

Fin 2021, les surveillants de la maison d'arrêt avaient découvert dans sa cellule au cours de deux fouilles successives à deux semaines d'intervalle deux téléphones portables. Jugé selon la procédure dite de comparution de reconnaissance préalable de culpabilité, l'ex-militaire a été condamné à huit mois de prison ferme pour ces faits.  Son ancienne compagne âgée d'une cinquantaine d'années, qui lui avait fourni les téléphones, a été condamnée à six mois de prison avec sursis.

Consultations de sites pornographiques notamment

La possession de ces deux téléphones a été largement évoquée au procès de Nordahl Lelandais en février dernier devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre de Maëlys de Araujo 8 ans. C'est grâce à ces appareils notamment que l'ancien maître-chien a consulté des sites pornographiques et pédopornographiques. 

Lire aussi

Un autre procès au moins attend Nordahl Lelandais dans les prochaines années. Le 27 février 2020, il avait été mis en examen par une juge de Charleville-Mézières (Ardennes) pour une agression sexuelle sur une troisième petite cousine. Les faits, qu'il conteste, remonteraient à mars 2017 alors qu'elle avait 14 ans. L'adolescente avait raconté avoir subi ses attouchements le jour de l'enterrement de son père. 


Aurélie Sarrot

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info