Élection présidentielle 2022

Violences au meeting d'Eric Zemmour : le leader présumé des "Zouaves Paris" et un autre membre du groupuscule mis en examen

La rédaction de LCI (avec AFP)
Publié le 16 décembre 2021 à 20h47
JT Perso

Source : TF1 Info

VIOLENCES - Le leader présumé du groupuscule d'ultradroite "Les Zouaves Paris", impliqué dans les violences commises lors du meeting du candidat Eric Zemmour à Villepinte, a été interpellé mardi. Un autre auteur présumé des faits a été placé en garde à vue ce mercredi. Ce jeudi, ils ont été mis en examen.

Des sources policières ont annoncé ce mardi 14 décembre l'arrestation de Marc Cacqueray de Valmeunier, le leader présumé du groupuscule d'ultradroite "Zouaves Paris", dans le viseur du ministère de l'Intérieur depuis les violences qui ont émaillé le premier meeting de campagne d'Eric Zemmour, le 5 décembre dernier, dans lesquelles cette faction est soupçonnée d'avoir joué un rôle important. Un autre de ses éléments, lui aussi auteur préumés de ces faits, a été interpellé ce mercredi matin.

Les deux hommes ont finalement été mis en examen jeudi, selon procureur de la République de Bobigny, Eric Mathais, pour violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) inférieure à huit jours.

Selon des sources proches de l'enquête contactées par LCI, Marc Cacqueray de Valmeunier a été arrêté près de chez lui à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la préfecture de police, dans le cadre de l’enquête ouverte pour violences commises en réunion lors du meeting de Villepinte. Il avait été identifié par plusieurs médias sur les vidéos montrant l'agression à coups de poing et de chaises des militants de SOS Racisme, qui avaient exhibé des t-shirts "Non au racisme". 

Un militant de l'ultradroite déjà condamné pour des violences

Âgé de 23 ans et identifié comme le "leader" de ce groupuscule habitué des actions violentes et rapides, Marc Cacqueray de Valmeunier avait été condamné en janvier 2019 à six mois de prison avec sursis, pour des violences perpétrées lors de la manifestation des Gilets jaunes le 1er décembre précédent. "Zouaves Paris" n'a pas déposé de statuts pour se constituer en association, mais est tenu pour un "groupement de fait", contre lequel une procédure de dissolution a été enclenchée par le ministère de l'Intérieur à la suite des évènements de Villepinte.

Cacqueray de Valmeunier est également poursuivi pour l'attaque du bar Saint-Sauveur, lieu emblématique de la mouvance antifasciste parisienne. Plusieurs mois de prison avaient été requis contre lui lors d'un procès en novembre, dont le verdict doit être rendu le 21 janvier prochain.


La rédaction de LCI (avec AFP)

Tout
TF1 Info