Chaos au Stade de France : après le fiasco, le temps des explications... et des enquêtes

Violences au Stade de France : six hommes jugés en comparution immédiate ce mardi à Bobigny

Aurélie Sarrot
Publié le 31 mai 2022 à 11h17
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Six prévenus sont jugés ce mardi devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny (Seins-Saint-Denis).
Tous sont soupçonnés de vols sur des spectateurs et/ou supporters de Liverpool ou du Real Madrid.
Ils ont été interpellés samedi aux abords du Stade de France en marge de la rencontre.

Ils sont âgés de 21 à 34 ans et sont tous soupçonnés d'avoir pillé ou subtilisé par ruse des biens appartenant aux supporters dans le chaos des abords du Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions samedi dernier. Ce mardi, six hommes seront jugés en comparution immédiate à partir de 13h devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny, compétent pour la Seine-Saint-Denis, où se trouve le stade de France.

Le parquet avait initialement ordonné le placement de 48 personnes en garde à vue samedi soir, dont un "nombre significatif" de mineurs. À l'exception de ces six personnes, toutes les autres gardes à vue ont désormais été levées.

Collier, montres, téléphones...

Le parquet de Bobigny a détaillé ce mardi les faits reprochés aux prévenus. Le premier individu, âgé de 25 ans, sera jugé pour "un vol violence de montre au préjudice d'une victime mexicaine venue assister au match".

Le deuxième est âgé de 34 ans. Il comparait pour un "vol avec violence d'un collier au préjudice d'une victime britannique". "Il est également poursuivi pour avoir mordu le bras de l'ami de la victime qui tentait de l'intercepter. En garde à vue, il a porté un coup de poing à un policier qui, en essayant de le parer avec sa main, s'est blessé. Ce dernier s'est vu fixer une ITT de 21 jours", détaille le parquet.

Le troisième, 24 ans, comparait pour un "vol en réunion de téléphone portable, sur les quais de la ligne 13 du métro, au préjudice d'une victime britannique qui quittait le match". Le second auteur de ces faits n'a n'a pu être interpellé, fait savoir le parquet.

Enfin, trois individus âgés de 21 ans, 26 ans et 39 ans, seront jugés pour plusieurs faits de vol en réunion de téléphones portables. Deux victimes britanniques ont été identifiées et ont déposé plainte. "Quatorze téléphones portables dérobés à des victimes non identifiables (téléphones éteints, absence de plainte, IMEI (International Mobile Equipment Identity, un numéro qui permet d'identifier de manière unique chacun des terminaux de téléphonie mobile, ndlr) ne permettant pas de remonter aux propriétaires ont été retrouvés au cours de la perquisition."

Tous ont la possibilité de demander un renvoi pour préparer leur défense.

Lire aussi

"Aucune garde à vue n'est intervenue pour des faits liés à des intrusions ou des faux billets d'entrée au match", les deux principales raisons avancées par les autorités françaises pour expliquer les dysfonctionnements, avait précisé lundi le parquet de Bobigny.


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info