FAIT DIVERS – Selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur ce lundi, le phénomène a connu une nette hausse en 2021. Une réunion aura lieu demain sur le sujet au palais Bourbon.

Le ras-le-bol du Covid? Le post -effet confinement ? La colère des antivax et anti-pass sanitaire? L'approche des élections présidentielles ? L'année dernière, les violences commises à l'encontre des élus ont connu une hausse considérable selon les chiffres communiqués ce lundi par le ministère de l'Intérieur à LCI. 

Au total, sur les onze premiers mois de l'année 2021, 1186 hommes et femmes ont été pris pour cible. Parmi les faits constatés à leur égard : des injures, des menaces, et des agressions physiques qui ont connu une hausse sans précédent. 

47% de violences physiques en plus

Selon nos informations, les atteintes physiques avaient déjà progressé entre 2019 et 2020 de 23 % avec en 2020, 60 parlementaires et 505 maires ou adjoints victimes de violences physiques et 350 maires ou adjoints outragés en 2020 (224 en 2019).

Sur les 11 premiers mois de 2021, les violences physiques contre les élus ont augmenté cette fois de 47% et les outrages à leur encontre de 30%.  

Au total, 162 parlementaires et 605 maires ou adjoints ont été victimes d’atteintes volontaires à l’intégrité physique contre 58 parlementaires et 464 maires ou adjoints victimes de violences physiques sur la même période en 2020. De plus, 419 outrages de maires ou adjoints ont été recensés contre 321 en 2020 sur la même période en 2020. Selon la Direction générale de la police nationale, les plus touchés par ces actes sont les députés LaREM (51%), puis LR ( 16%).

Par ailleurs, entre le 1er janvier et vendredi 7 janvier 2022, 28 affaires de menaces visant des députés sur internet ont déjà été recensées par la Direction centrale de la police judiciaire, dont 80% concernent des hommes et femmes du parti LaREM. 

Une réunion mardi

Avec l'agression à son domicile du député de Saint-Pierre-et-Miquelon Stéphane Claireaux (LREM), une nouvelle étape a été franchie dans les violences contre les élus,  provoquant ce lundi une condamnation par une bonne partie de la classe politique et une mobilisation du gouvernement. En déplacement à Nice, Emmanuel Macron a dénoncé une agression "inacceptable" et "intolérable", déplorant "l'intensification des violences" contre les élus.

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand réunira mardi soir les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti, pour faire un point sur les violences contre les députés sur fond de recrudescence de ces actes, a-t-on appris lundi auprès de la présidence de l'Assemblée.

Cette réunion aura lieu à 20 heures, mardi au Palais Bourbon. Elle doit permettre de faire un point sur le nombre de cas recensés, sur les enquêtes mises en œuvre et sur la réponse judiciaire qui a le cas échéant été apportée. 

 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info