Violente agression d'une octogénaire à Cannes : deux mineurs reconnus coupables

Publié le 1 décembre 2022 à 17h05
JT Perso

Source : TF1 Info

Trois mineurs étaient jugés mercredi par le tribunal pour enfants de Nice suite à la violente agression d'une femme de 89 ans, fin août à Cannes.
Deux d'entre eux ont été reconnus coupables et seront maintenus six mois en centre éducatif.
Le troisième a été relaxé.

L'agression très violente avait été filmée par les caméras de vidéosurveillance et les images, relayées sur les réseaux sociaux, étaient devenues virales. Trois mois après qu'une mamie âgée de 89 ans a été volée et frappée en plein jour, passage Gémeaux à Cannes, alors qu'elle rentrait de ses courses (Alpes-Maritimes), les auteurs présumés de ces violences ont comparu mercredi 30 novembre devant le tribunal correctionnel pour enfants.

L'octogénaire, qui avait été retrouvée inanimée au sol et prises en charge par les secours pour être hospitalisée, a assisté à l'audience. "Moi, je ne les connais pas, je ne les ai pas vus. Je me suis réveillée par terre avec les pompiers et les policiers. Aujourd'hui, je suis angoissée, je ne suis pas bien. Tout ça me tracasse et m'empêche de dormir", a déclaré la victime devant le tribunal, selon les propos rapportés par nos confrères de Nice-Matin.

Lire aussi

Hématomes, traumatisme crânien, contusions

Suite à cette agression, la victime a eu des hématomes, un traumatisme crânien, des contusions et de terribles maux de tête. Depuis, elle refuse également d'emprunter le passage où elle a été agressée.

Mercredi, le tribunal pour enfants a reconnu coupable deux des trois agresseurs présumés de l'octogénaire : celui qui lui a porté un coup de poing et celui qui lui a volé son sac. Le troisième a été relaxé. 

"Les deux mineurs, à l’encontre desquels avaient été retenus la qualification de vol avec la circonstance que les faits ont été précédés, accompagnés ou suivis de violences ayant entraîné une incapacité totale de travail n’excédant pas huit jours, aggravé par une circonstance, en l’espèce la réunion, ont été déclarés coupable et maintenus sous contrôle judiciaire prévoyant notamment leur maintien dans un centre éducatif fermé. Le prononcé de la sanction a été renvoyé à l’audience du 28 juin 2023 à 9 heures", précise à TF1info le parquet de Grasse ce jeudi. 

"Le mineur, à l’encontre duquel avait été retenu la complicité de violences suivie d’incapacité n’excédant pas huit jours avec ces circonstances que les faits ont été commis en réunion et sur personne vulnérable, en enregistrant sciemment des images relatives à la commission des faits, a été relaxé. Le parquet interjette appel de cette décision", précise-t-il.

S’agissant des intérêts civils, le tribunal a reçu la constitution de partie civile de la victime et a ordonné le renvoi afin de diligenter une expertise médicale et le versement d’une provision de 5 000€.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info