Sébastien Cauet a été mis en examen ce vendredi pour trois viols et une agression sexuelle.
Placé sous contrôle judiciaire, il a notamment l'interdiction d'exercer la profession d'animateur radio.
Ses avocats vont faire appel.

Ce sont ses avocats, Maitres Xavier Autain et Simon Clémenceau, qui avaient annoncé jeudi la garde à vue de Sébastien Cauet. Au lendemain de son audition par les enquêteurs, l'animateur âgé de 52 ans, accusé de viols et agression sexuelle par plusieurs femmes et écarté de l'antenne NRJ, a été mis en examen ce vendredi 24 mai dans le cadre de l'information judiciaire ouverte par le parquet de Paris. Placé sous contrôle judiciaire, Sébastien Cauet a l'interdiction d'exercer une activité d'animateur radio, les faits étant en lien avec sa profession, et dû verser une garantie de 100.000 euros. 

"Notre client conteste les mises en cause dont il est l’objet. Pour le reste, nous préférons le temps judiciaire au tribunal médiatique", ont réagi ses avocats auprès de TF1/LCI, annonçant leur intention de faire appel.  

Quatre infractions visées

 Les infractions visées et détaillées par le parquet concernent quatre faits commis entre 1997 et 2012.  

La première est un "viol sur mineur de plus de 15 ans commis en novembre 2014 à Genève, et corruption de mineurs de plus de 15 ans commis entre janvier 2014 et septembre 2016, au préjudice d’une femme née en septembre 1998". La seconde, "un viol commis entre le 1ᵉʳ janvier et le 31 décembre 2011 à Paris, au préjudice d’une femme née en octobre 1973". La troisième est un "viol sur mineur de plus de 15 ans commis en décembre 1997 à Paris, au préjudice d’une femme née en mars 1982". La quatrième et dernière, une "agression sexuelle commise sur mineur de plus de 15 ans entre en décembre 2012, au préjudice d’une femme née en septembre 1995". 

"D’autres faits, dont les médias ont pu se faire l’écho, au préjudice d’autres femmes, ne font pas partie de la saisine du juge d’instruction, en raison de leur prescription", souligne le parquet de Paris, qui rappelle également que "le secret de la procédure a pour objectif le respect de l’intimité des personnes qui ont confié leur récit à la seule justice, celui de la présomption d’innocence, et la sérénité des investigations, nécessaire à leur bon déroulement". 


A.S avec Alexandra Guillet

Tout
TF1 Info