Voitures de luxe, bijoux, tableaux... plus de 400 biens saisis par la justice mis aux enchères début octobre

S.M avec AFP
Publié le 23 septembre 2022 à 15h03
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

L'État met aux enchères des centaines de biens saisis par la justice dans le cadre de procédures pénales.
Ces ventes se dérouleront le 4 octobre à Lyon, et le 5 octobre à Marseille.
Depuis la création de l'Agence en charge de ces ventes en 2011, l'État a récolté 1,5 milliard d'euros.

Le catalogue est vaste. Plus de 400 biens saisis ou confisqués par la justice vont être vendus aux enchères à Lyon, le 4 octobre, et à Marseille, le 5 octobre, a annoncé mercredi la Direction générale des finances publiques dans un communiqué. Celui-ci précise que "tous les biens mis en vente proviennent de saisies et de confiscations judiciaires dans le cadre de procédures pénales"

Le public, qui pourra participer, sur place ou en ligne, à ces ventes, se verra proposer un large éventail de lots, parmi lesquels une Ferrari saisie à Marseille, légèrement éraflée et estimée à 60.000 euros, une moto Ducati, une puissante trottinette électrique ou des vélos en carbone. Au rayon bijoux et maroquinerie, une Rolex GMT Master II en or gris, estimée à 30.000 euros, sera également mise aux enchères au côté de sacs Louis Vuitton et d'une paire de Nike Air Jordan 1 High Dior, "état neuf" mais sans boîte, estimée entre 6.500 et 8.500 euros. 

1,5 milliard d'euros de recettes pour l'Etat depuis 2011

Le Domaine de la Direction générale des finances publiques (DGFP) organise ces ventes pour le compte de l'Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (AGRASC), qui a ouvert une antenne dans ces villes en 2021. Depuis sa création en 2011, les ventes d'avoirs frauduleux de l'AGRASC ont permis à l’État de récolter 1,5 milliard d'euros détenus à la Caisse des dépôts. Des ventes similaires avaient permis de récolter trois millions d'euros à Paris en novembre 2011, 1,7 million avec une vente de grands crus à Dijon en avril 2022, et 377.000 euros à Douai (Nord) en juin 2022 avec une autre Ferrari et des BMW, selon le Domaine. Plus de 25 millions d'euros de cryptomonnaies ont, par ailleurs, été saisis en 2021.

Lire aussi

Les biens saisis sont soit vendus avant jugement, lorsqu'ils ne sont plus utiles à la manifestation de la vérité ou qu'ils sont susceptibles de se dévaluer, soit vendus au stade de la confiscation, lorsqu'un tribunal a condamné leur propriétaire. Le produit de la vente peut être affecté au budget général de l’État ou réinjecté dans des fonds de lutte contre le trafic de drogue, comme c'est le cas pour les affaires de stupéfiants. La loi permet également d'affecter des biens aux services enquêteurs, ou d'en confier la gestion, comme c'est le cas d'immeubles, à des associations spécialisées.


S.M avec AFP

Tout
TF1 Info