Mis en examen pour viol, le nageur Yannick Agnel reconnaît la "matérialité des faits"

La rédaction de LCI
Publié le 13 décembre 2021 à 11h20, mis à jour le 13 décembre 2021 à 15h29
JT Perso

Source : TF1 Info

JUSTICE - La procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot, a donné ce lundi une conférence de presse après la mise en examen samedi pour "viol et agression sexuelle sur mineure de 15 ans" de l'ancien nageur champion olympique Yannick Agnel.

"Yannick Agnel reconnaît la matérialité des faits qui lui sont reprochés. Il précise que pour lui il n'avait pas le sentiment qu'il y a eu contrainte", précise ce lundi Edwige Roux-Morizot, procureure de la République de Mulhouse au cours d'une conférence de presse. L'ancien nageur champion olympique Yannick Agnel avait été mis en examen samedi pour "viol et agression sexuelle sur mineure de 15 ans" et placé sous contrôle judiciaire.  

Une plainte avait été déposée au mois de juillet dernier et une information judiciaire avait été ouverte en août. Les faits remontent à 2016. La plaignante est la fille de Lionel Horter, qui était à l’époque l’entraîneur de Yannick Agnel. Naome Horter avait à l'époque 13 ans et le nageur 24 ans. 

"Un problème de souvenirs"

"Yannick Agnel reconnaît la matérialité des faits qui lui sont reprochés. Mais en ce qui concerne les faits de viol, il a pour certains d'entre eux je dirais un problème de souvenirs mais qui peuvent revenir au fil de l'information judiciaire, estime la procureure de la République de Mulhouse. Mais en tout cas les faits sont reconnus". 

Selon elle, l'ancien nageur olympique n'a pas reconnu tout de suite au cours de sa garde à vue. "Les éléments qui se trouvaient au dossier étaient extrêmement importants et permettaient sans aucune difficulté de le placer en garde à vue et de le faire mettre en examen. Je pense que la connaissance qu'il a eue des éléments, au fur et à mesure par les enquêteurs, l'ont entrainé à finir par admettre", ajoute-t-elle. 

Plusieurs faits auraient été commis tout au long de l'année 2016. "Ce sont des faits de viol et d'agression sexuelle, je ne peux rien vous  dire de plus. Je ne vais pas rentrer dans des détails qui seraient absolument inappropriés, insiste Edwige Roux-Morizot. Les chefs de mise en examen sont sur toute l'année 2016. Ça s'est produit à Mulhouse, Riedisheim mais aussi à Rio, en Thaïlande. et Tenerife, ce qui tend à prouver qu'il y a eu effectivement plusieurs faits."

La victime était-elle sous l'emprise de Yannick Agnel? "Quand on a dix ans de différence d'âge, il est évident, c'est considéré par la loi comme étant, en tout cas à l'heure actuelle, une véritable contrainte. Bien sûr, il y a aussi la personnalité de Yannick Agnel qui a pu entrer en ligne de compte. Voilà quelqu'un qui était quand même un champion et qui avait une vraie personnalité, une personnalité forte. Voilà ce qui caractérise pour nous les faits de viol et d'agression sexuelle", souligne la procureure. 

Placé sous contrôle judiciaire

Le placement en détention provisoire, sollicité par le juge d'instruction conformément aux réquisitions du parquet, n'a pas été ordonné par le juge des libertés et de la détention, a précisé la procureure de la République de Mulhouse. 

L'ancien sportif de 29 ans a été placé sous contrôle judiciaire avec un certain nombre d'obligations et interdictions. "Il lui est interdit que quitter la petite couronne parisienne. Il lui est interdit sauf convocation judiciaire de se rendre à Mulhouse. Il lui a été fait obligation de remettre son passeport. Il lui a été fait interdiction de rentrer en contact avec son agent Sophie Kamoun, avec un certain nombre de personnes faisant partie de la famille Horter et évidemment avec la victime Naome Horter", détaille la magistrate. 

Edwige Roux-Morizot rappelle que le sportif  "est toujours présumé innocent même s'il a reconnu la matérialité de faits". 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info