Médiation. Propagande virtuelle et cible réelle

Publié le 14 septembre 2016 à 13h15

Médiation. Propagande virtuelle et cible réelle

J'aimerais (et je suis loin d'être la seule) vous dire que quand vous parlez de "Français" comme Rachid Kassim ou de "djihadistes français"…Ils ont une carte d’identité mais….vous ne dites pas...
LIRE LA SUITE...

Après l’attentat de Nice, l’assassinat du prêtre, nos journaux ont voulu relater avec pudeur, décence et dignité ces faits épouvantables, des réactions semblables à la vôtre ont, alors, afflué…Je ne peux, aujourd’hui, que vous faire une réponse voisine de celle que j’estimais la plus appropriée au  lendemain de ces jours-là. Ces effroyables massacres, ces tentatives de carnage visent à ébranler l’équilibre, l’unité de notre société, ils n’engendrent chez certains que de la haine, un rejet  total d'une partie de nos concitoyens or ces attentats tuent sans distinction d'âge, de sexe, de couleur, de confession…les morts ont tous les noms. Il est facile de voir tout blanc ou tout noir, il est facile de refuser l'autre en raison de ses différences et il est facile de vouloir tout expliquer en décortiquant une identité, une nationalité mais il est facile de se tromper sur celles et ceux qui se veulent les bras armés de l’horreur. Nos journaux télévisés n'ont pas la prétention de pouvoir tout guérir et tout élucider mais nous espérons, sincèrement, donner les informations, les clés qui permettent à chacun d'analyser ces douloureux et inquiétants évènements et de réfuter… ces redoutables amalgames, ce poison qu’affectionne le terrorisme.

PS : la discrimination est, dans notre pays, répréhensible par la loi. Vous texte a été…bien évidemment, édulcoré !


La rédaction TF1 Info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info