Qu'est-ce qu'une fake news, comment démêler le vrai du faux ?
Thomas Huchon, journaliste spécialiste des infox et des théories complotistes, répond aux questions de la médiatrice de l'info de TF1 et LCI.

Thomas Huchon présente chaque vendredi sur LCI avec Bénédicte le Chatelier l'émission "Anti-complot". Journaliste spécialiste des théories complotistes, il répond aux questions de la médiatrice de l'info de TF1 et LCI.

C'est quoi une fake news ?

Thomas Huchon : C'est une information qui est délibérément trompeuse. Ça ne peut pas être une erreur éditoriale une fake news, c'est un mensonge qui est conçu comme tel pour tromper la population. 

Vous venez d'écrire "Anti fake news" avec Jean-Bernard Schmidt. Comment démêler le vrai du faux ?

Pour démêler le vrai du faux, je crois qu'il faut premièrement avoir conscience que notre meilleur allié, notre cerveau, peut bien souvent se transformer en notre pire ennemi. Ça veut dire quoi ? Que si les fake news marchent, c'est avant tout parce qu'elles parlent un petit peu  à la partie la moins fiable de nous-même. On a un peu envie de croire à tous ces mensonges et c'est pour ça qu'ils fonctionnent. La deuxième chose qui fait que tout cela prend beaucoup d'ampleur, c'est que notre manière de nous informer a changé. Hier, on lisait le journal ou on regardait la télévision, aujourd'hui, on utilise un smartphone, on va sur les réseaux sociaux et on passe par Internet. Et sur Internet, il y a des choses merveilleuses, mais il n'y a pas de responsabilité éditoriale de ceux qui publient.

Les téléspectateurs nous reprochent parfois de ne pas dire la vérité, alors comment lutter ?

Je crois qu'il faut bien comprendre que la notion de vérité en tant que telle, c'est un peu une chimère. La vérité, ça n'existe pas. Vous avez la vôtre, j'ai la mienne. Ce qui existe et ce que font les grands médias professionnels, c'est de dire les faits. Les faits, c'est ce qui nous permet de partager quelque chose. Nous nous mettons d'accord sur un point de départ de ce point de départ, nous allons tous faire notre interprétation. Nous allons tous trouver notre vérité qui va être liée à nos convictions, à nos émotions, à notre personnalité, à notre caractère. Mais je crois qu'il faut bien comprendre que la vérité en tant que telle, ça n'existe pas comme valeur fondamentale. Ce qui existe, ce sont les faits. Le travail des journalistes, ce n'est pas de dire la vérité, c'est de dire les faits pour permettre aux téléspectateurs de se faire leur propre vérité. 


Propos recueillis par Christelle Chiroux et David Fuhrer

Tout
TF1 Info