Les débats de la primaire écologiste sur LCI

VIDÉO - Primaire écologiste sur LCI : le dispositif des deux débats dévoilé par Ruth Elkrief

Christelle Chiroux, médiatrice de l'information TF1-LCI, avec David Fuhrer
Publié le 8 septembre 2021 à 12h51
JT Perso

Source : TF1 Info

ÉVÉNEMENT - Les deux débats télévisés de la primaire des écologistes se tiennent ces 8 et 22 septembre sur LCI. À huit jours du premier tour, Delphine Batho, Jean-Marc Governatori, Yannick Jadot, Eric Piolle et Sandrine Rousseau feront face à Ruth Elkrief ce mercredi soir. La médiatrice de l'info TF1-LCI a interrogé la journaliste sur le dispositif mis en place.

A 8 jours du premier tour de la primaire écologiste, Ruth Elkrief reçoit ce mercredi 8 septembre, à 20h45 sur le nouveau plateau de LCI, les 5 candidats en lice : Delphine Batho, Jean-Marc Governatori, Yannick Jadot, Eric Piolle et Sandrine Rousseau. Tous devront répondre à ses questions pour convaincre au-delà des militants EELV. Ce débat organisé  en partenariat avec Le Figaro et Loopsider comportera une nouveauté : les téléspectateurs pourront flasher un QR code affiché à l'écran à l'aide de leur téléphone portable pour obtenir des informations complémentaires et vérifiées par la cellule des vérificateurs de TF1-LCI.

Retrouvez ci-dessous et dans la vidéo en tête de cet article les explications de Ruth Elkrief.

Vous allez présenter les deux débats de la primaire écologiste. Comment cela s’est décidé ? 

Ruth Elkrief : Chaque chaîne, chaque média a présenté son projet, a développé un plan, une organisation, des partenaires, une idée, une conception du débat, une conception de ce qu’est une primaire écologiste : comment on s’adresse à ses électeurs, à ses sympathisants, aux Français. Et on a été choisis. Donc on en est ravis. 

 

Quel sera le dispositif ?

Il y aura trois parties autour du programme. La manière de l’appliquer, la manière de le financer, puis on parlera des valeurs de chacun des candidats. Il y a évidemment des partenaires qui vont intervenir. On aura des interventions en vidéo de quelques Français qui pourront poser des questions qui seront déjà enregistrées. Et puis, on aura quelque chose de très, très spécial et très nouveau : un QR code sur le bas de l’écran pour vérifier, parce qu’on a notre équipe de vérificateurs qui, de temps en temps, va vérifier des informations et des données, des déclarations de candidats... Et en cliquant dessus, vous pourrez avoir la vérification de l’information. 

 

Vous êtes une habituée des débats politiques, avez-vous tout de même une appréhension ?

Oui, parce que chaque chose est nouvelle, chaque moment est nouveau. Ce sont des débats assez techniques, assez précis. Mais en même temps, ils sont très quotidiens dans la vie des Français. Donc l’enjeu, c’est de parler à la fois à tous ceux qui connaissent par cœur ces questions et, en même temps, à tous les Français. C’est un peu un défi. 

Ce n’est pas sûr qu’on en sorte en sachant qui l’a emporté

Ruth Elkrief

Les cinq candidats, vous les connaissez bien, mais comment avez-vous préparé ce débat ?

J’ai lu leur programme. Je connais plus ou moins bien les candidats, mais ce n’est pas la question. La question, c’est d’écouter, de donner un temps de parole équivalent. Et de poser des questions qui permettent d’éclairer le choix de leurs électeurs. 

 

Qu’est-ce que vous attendez d'eux ? Du "fight" ou un débat, finalement, où chacun s'exprime et présente son programme ? 

Je pense qu’il faut qu’ils soient pédagogues, mais en même temps, il faut qu’ils cherchent à se distinguer les uns des autres, parce qu’il faut aider au choix. Il faut aider les électeurs à choisir. Donc là, je pense qu’il faut qu’ils montent un peu dans le degré non pas de "fight", comme vous dites, mais de débat. Juste des débats. 

 

Est-ce que vous arrivez à déterminer, vous qui êtes une spécialiste, qui a été le meilleur à la fin d’une heure et demie de débat ?

 Ça dépend. Parfois on est trop à l’intérieur, trop dans les temps de parole, et non, on ne sait pas. Ce n’est pas sûr qu’on en sorte en sachant qui l’a emporté. Pas du tout.

Pour vous, ce débat, c’est un peu le lancement de cette présidentielle 2022 ? 

Certainement. C’est le début de la campagne présidentielle. Parce que, comme en 2017, on verra ce qui va se passer. C’est un échantillon de Français et on verra leur comportement, leur choix et on pourra en tirer des conclusions. 

Et qu’est-ce qui est le plus compliqué dans le débat d’une primaire ? Est-ce que c’est le temps de parole à répartir ? Est-ce de les arrêter ? De les relancer ?

Je vous le dirai après. Mais oui, le temps de parole, c’est très important. Moi, j’ai l’habitude d’écouter, de respecter profondément mes interlocuteurs, mais je dois savoir les interrompre aussi. Ce n’est pas simple.

Vous serez aussi à la tête du deuxième débat lorsqu'il y aura les deux finalistes. C’est dans combien de temps ?

Le 22 septembre.


Christelle Chiroux, médiatrice de l'information TF1-LCI, avec David Fuhrer

Tout
TF1 Info