La côte Atlantique en alerte vagues-submersion : comment expliquer ce phénomène météo ?

par I.N
Publié le 10 février 2024 à 22h05, mis à jour le 11 février 2024 à 9h58

Source : TF1 Info

Onze départements de la façade atlantique sont placés en vigilance orange pour la journée de dimanche.
En cause ? Des risques de vagues-submersion, selon Météo-France.
Par quoi ce phénomène est-il causé ?

Une nouvelle vigilance orange déclenchée. Ce dimanche, entre 3h du matin et la mi-journée, onze départements de la façade atlantique sont placés en vigilance orange pour des risques de vague-submersion. Dans le détail, il s'agit de la Manche, des Côtes d'Armor, du Finistère, de l'Ille-et-Vilaine, du Morbihan, de la Loire-Atlantique, de la Vendée, de la Charente-Maritime, de la Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Mais comment un tel phénomène se forme-t-il ?

Une tempête en cause ?

D'après Météo-France, plusieurs facteurs alimentent ce phénomène météorologique. Le premier dépend de l'intensité de la marée. "Plus le coefficient est fort, plus le niveau de la mer à marée haute est élevé", explique Météo-France. Mais ce n'est pas tout : "le passage d'une tempête" peut aussi "produire une surélévation du niveau marin", poursuit le service de météorologie. "Les vagues, liées à la forte houle, contribuent à augmenter la hauteur d'eau ; le vent exerce alors des frottements à la surface de l'eau, ce qui génère une modification des courants et du niveau de la mer avec une accumulation d'eau à l'approche du littoral."

Dans la situation actuelle, s'il n'y a pas eu de tempête, la dépression Karlotta joue ce rôle. Enfin, "le déferlement des vagues à la côte s'ajoute à ces différents phénomènes", poursuit Météo-France. "Il se traduit par une projection violente de masses d'eau." Tous ces facteurs étant réunis, les habitants de la façade atlantique sont donc appelés à la vigilance. "La simultanéité de ces phénomènes permet à la mer d'atteindre des zones habituellement abritées", prévient-elle.

D'autres facteurs influent aussi sur l'intensité de ce phénomène, comme "la diminution de la profondeur de la mer", "la nature des fonds" ou encore "l'orientation de la côte", conclut Météo-France.


I.N

Tout
TF1 Info