La France face à une sécheresse majeure

CARTE - Sécheresse : quels sont les départements concernés par des restrictions d'eau ?

Léa LUCAS
Publié le 14 mai 2022 à 9h30, mis à jour le 14 mai 2022 à 9h53

Source : JT 20h WE

Cette année encore, les températures grimpent de manière précoce partout en France.
À ce jour, 16 départements font l'objet de mesures de restrictions d'eau.
Nombre d'autres pourraient bientôt être concernés.

La France n'en a visiblement pas fini avec les épisodes de chaleur. Alors qu'une nouvelle sécheresse est redoutée pour l'été, 16 départements font déjà l'objet de mesures de restrictions d'eau, selon les données publiées sur le site gouvernemental Propluvia au 14 mai 2022. Au total, 43 arrêtés de restrictions sont en cours à ce jour.

4 niveaux d'alerte

Afin de s'informer de manière journalière sur ces épisodes de sécheresse au sein de l'Hexagone, le gouvernement propose une carte évolutive des départements français. Il est possible de la décrypter en fonction des couleurs liées à un niveau d'alerte.

En gris : état de vigilance. Information et incitation des particuliers et des professionnels à faire des économies d'eau.

En jaune : état d'alerte. Réduction des prélèvements à des fins agricoles inférieure à 50% (ou interdiction jusqu'à 3 jours par semaine), mesures d'interdiction de manœuvre de vanne, d'activité nautique, interdiction à certaines heures d'arroser les jardins, espaces verts, golfs, et de laver sa voiture.

En orange : état d'alerte renforcée. Réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50% (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine), limitation plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins, espaces verts, golfs, et lavage des voitures, jusqu'à l'interdiction de certains prélèvements.

En rouge : état de crise. Arrêt des prélèvements non prioritaires, y compris à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité).

Afin de faire face au risque élevé de sécheresse encore cet été en France, les agences de l'eau pourraient dépenser jusqu'à 100 millions d'euros supplémentaires pour aider les filières agricoles à s'adapter au changement climatique.


Léa LUCAS