Il a fait, dans l'Hexagone, jusqu'à -9°C dans la nuit de dimanche à lundi.
Les températures les plus basses ont été enregistrées en Champagne.
"C'est très grave, ça a tapé fort cette nuit", a confirmé la FNSEA, lundi matin.

Alors que le monde agricole retient son souffle, Météo France révèle que cette nuit de dimanche 3 à lundi 4 avril a enregistré les températures les plus froides pour un mois d'avril depuis 1947. L'organisme météorologique a précisé que les dernières mesures étaient en cours de vérification.

Les températures les plus basses ont été enregistrées en Champagne, où elles sont descendues jusqu'à -9 degrés Celsius, alors que le gel a touché la quasi-totalité du pays, à l'exception de Paris intramuros et des littoraux méditerranéens et de la Manche.

"Dès le lever du soleil, les températures vont remonter"

"Le gel a touché plus de 90% du pays et était plus ou moins intense selon les zones", a précisé à l'AFP le prévisionniste de Météo France Patrick Galois, "il y a eu une chute rapide des températures durant la nuit, mais cela se réchauffe rapidement". Des records ont été battus notamment à Mourmelon (Marne, -9,3 degrés), Châteauroux (Indre, -5,6 degrés) ou encore à Vannes (Morbihan, -3,2 degrés). "Dès le lever du soleil, les températures vont remonter et devraient être positives à peu près partout vers 10h", a ajouté M. Galois.

Lundi matin, la présidente du premier syndicat agricole français, la FNSEA, a confirmé à l'AFP que le gel avait "tapé dur" dans la nuit et aurait des conséquences "très graves" car de nombreuses régions avaient été touchées par des températures à -5 degrés. "C'est très grave, ça a tapé fort cette nuit" car "la température est descendue jusqu'à moins 5, beaucoup d'arboriculteurs sont touchés, ce qui a souffert, ce sont surtout les fruits à noyaux", a dit Christiane Lambert.

"Il y a beaucoup de régions touchées comme la Dordogne, la Bourgogne, l'Alsace, le Centre-Val de Loire, le Lot-et-Garonne, le Maine-et-Loire", a-t-elle précisé. "Il faudra un accompagnement" de l'État car il y a "de la calamité à déclarer. On ne peut pas encore faire de bilan car les dégâts on les voit quand ça dégèle", a souligné Mme Lambert.


MM avec AFP

Tout
TF1 Info