Douceur exceptionnelle au Nouvel An : de nombreux records battus cette nuit, 8° C de plus en moyenne sur tout le pays !

Guillaume WOZNICA
Publié le 31 décembre 2022 à 9h38

Source : TF1 Info

Annoncé comme le plus chaud jamais observé, ce week-end du Nouvel An voit des dizaines de records de températures tomber.
Ce samedi matin, les valeurs affichent déjà entre 8 et 12°C de plus que les normales de saison.
Ces valeurs dignes du printemps, voire d’un début d’été, viennent conclure une année 2022 historique.

Sous l’effet d’une masse d’air extrêmement doux pour la saison, d’origine subtropicale, cette Saint-Sylvestre s’annonce comme la plus douce jamais observée, et de loin. Ainsi, avec ces températures situées très largement au-dessus des normales de saison, des records sont d’ores et déjà battus. Et 2023 débutera de la même manière dans la plupart des régions. 

Un mercure parfois digne d’un mois de mai... après une nuit aux airs estivaux par endroits. 

DR

Il n’y a pas toujours besoin de soleil pour battre des records de chaleur… En effet, si des records mensuels de température minimale élevée ont été battus au cours des dernières heures, de façon plus incroyable des records mensuels de chaleur ont été établis dans les Hauts-de-France ou encore les Ardennes. Ainsi, en fin de nuit dernière, les thermomètres ont affiché des valeurs inédites pour une température maximale (habituellement observée l’après-midi) dans plusieurs villes.

C’est notamment le cas à Lille avec 16°C relevés avant le lever du jour, soit une température digne d’une nuit d’été pour la capitale des Flandres ! Même constat à Abbeville avec pas moins de 16,3°C, du jamais-vu en plus de 100 années de mesures. Cambrai a fait aussi bien avec 16,2°C, de même que Charleville-Mézières avec 15,7°C. 

DR

Ces records pourront encore être améliorés dans la journée avec des maximales atteignant 18-19°C en Alsace cet après-midi, 20°C en Auvergne, 21°C dans le sud-ouest avec des pointes possibles à 23°C au Pays Basque. Ces valeurs seront dignes d’une fin avril dans la moitié nord et d’un mois de mai, voire d’un début juin dans le sud-ouest ! 

14.3° C à Paris au petit matin

D’autres records sont tombés par dizaines en fin de nuit. Il s’agit là de records mensuels de température minimale élevée, autrement dit des records de douceur nocturne avec 14,1°C à Rennes, 14,9°C à Nantes, 14,4°C à Angers, 14,2°C à Tours et Le Mans pour ne citer que quelques exemples, du jamais-vu là aussi depuis l’ouverture de ces stations dans les années 1940. Même constat à Paris où le thermomètre installé dans le parc Montsouris n’est pas descendu en dessous de 14,3°C, une valeur inédite depuis le début des relevés en 1872 et équivalente à une température normale d’une nuit d’été, rien que ça… 

Une année 2022 sur la 1ère marche du podium

Pour ce 31 décembre, l’indicateur thermique national (moyenne des températures du matin et de l’après-midi de 30 stations météo représentatives) approchera des 14°C alors que la normale est de 5,7°C ! En moyenne, on sera donc 8°C au-dessus de la normale. Une anomalie de température aussi forte est très rare et ne s’est produite que 4 fois, tous mois confondus, en 75 ans de mesures. Ce 31 décembre sera sans aucun doute le 31 décembre le plus chaud observé en France, battant le précédent record établi en 2017 avec un indicateur thermique de 10,95°C. 

Ces records viennent conclure une année 2022 hors norme, entre canicules à répétition, incendies et sécheresse historique. Comme annoncé il y a plusieurs semaines, elle termine sur la première marche du podium des années les plus chaudes avec une moyenne nationale de 14,5°C, devant 2020 et ses 14,07°C et 2018 avec une température de 13,98°C. 


Guillaume WOZNICA

Tout
TF1 Info