Les températures enregistrées ce dimanche 25 décembre ont été bien au-dessus des normales de saison.
Ce Noël 2022 se classe au deuxième rang des plus chauds depuis 1945.
Il faut remonter en 1997 pour trouver un Noël plus doux.

La France a connu un week-end de Noël particulièrement doux. Ce 25 décembre 2022, l'indicateur thermique national (une moyenne de 30 stations réparties sur le territoire métropolitain) s'est établi à 11,3°C, selon Météo-France. Bien au-dessus des normales de saison, ce Noël se classe au deuxième rang des plus chauds depuis l'après-guerre, a annoncé l’Institut météorologique.

"C'est tout simplement le deuxième Noël le plus doux depuis le début de l’indicateur en 1947", a indiqué à l'AFP François Gourand, météorologue à Météo-France. Il faut remonter à 1997 pour trouver des températures plus douces à cette époque de l'année : il avait alors fait 11,7°.  "11,3°C c'est une anomalie de 5,5°C au-dessus de la normale à l'échelle nationale, c'est considérable, ce qui veut dire que dans le détail il y a eu des valeurs à près de 10°C au-dessus des normales, voire un peu plus localement hier", a-t-il souligné.

Un record pourrait même être battu si l'on prend la moyenne des 24 et 25 décembre, estime le météorologue : "Je pense que sur la moyenne des deux jours, on est sur un niveau de douceur inédit pour cette période de l'année"

Selon Météo-France, il faisait dimanche 21,2 °C à Biarritz (+9 °C au-dessus des normales saisonnières), 20,3 °C à Clermont-Ferrand (+12), 19,0 °C à Marseille (+7), 18,1 °C à Bordeaux (+8), 16,3 °C à Lyon (+9), 15,8 °C à Nantes (+6), 15,4 °C à Strasbourg (+10), 13,5 °C à Paris (+6), 12,9 °C à Rennes (+4). 

Météo-France avait indiqué dès début décembre que 2022 serait l’année la plus chaude jamais enregistrée en France depuis le début des mesures en 1900, quelles que soient les températures en décembre, un symptôme du réchauffement climatique.


Julien Moreau avec AFP

Tout
TF1 Info