La France connaît jusque-là un hiver plutôt doux, mais une baisse drastique des températures se fait ressentir en ce début de semaine.
En cause, le "Moscou-Paris", un vent froid venu de Russie et d'Europe du Nord.
TF1info vous explique tout sur ce phénomène météorologique.

Bonnets, gants et écharpes de rigueur. La douceur des premiers jours de 2024 va disparaître et un froid polaire va couvrir une grande partie du pays, jusqu'au milieu de la semaine prochaine, selon nos prévisions. Les températures vont descendre sous les normales de saison, avec des gelées, notamment le matin. La faute à un changement de masses d'air correspondant au phénomène appelé "Moscou-Paris".

Un anticyclone est en train de se positionner sur les îles britanniques, chassant le courant d'ouest qui apportait de l'humidité. Un flux continental va prendre sa place. L'air, rendu plus lourd, va descendre vers le sol et devenir polaire. Ce vent vient de Sibérie et de Scandinavie, d'où son nom : le "Moscou-Paris". Connu pour son froid glacial, il est aussi très sec. Il ne devrait donc pas apporter de précipitations.

Ce n'est pas la première fois que le "Moscou-Paris" traverse la France. Ce courant atmosphérique revient tous les trois à quatre ans. En février 2018, il avait alors fait jusqu'à -11°C à Dijon.

Le vent sec du "Moscou-Paris" ramènera aussi le soleil

Si le mercure devrait donc radicalement chuter en fin de semaine, ce ne sera pas comparable à ce que connaît actuellement l'Europe du Nord : jusqu'à -43°C en Suède et -27°C dans la capitale norvégienne. Dans l'Hexagone, les gelées devraient atteindre -6°C en plaine. À ce stade, il est encore impossible de parler de vague de froid car il faudrait pour cela avoir des journées sans dégel. Les départements de l'Est de la France seront donc particulièrement scrutés. Une bonne nouvelle cependant : le soleil va faire son retour, même s'il ne chauffera pas beaucoup.


Zoe SAMIN

Tout
TF1 Info