Nouvel épisode de poussières de sable du Sahara : quels risques pour votre santé ?

Annick Berger
Publié le 19 mai 2022 à 12h43
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La France va être touchée, à compter de ce vendredi 17h, par un nouvel épisode de poussières de sable venues du Sahara.
Un phénomène régulier dans l’Hexagone.
Mais qui n’est pas sans risque pour la santé.

Nouvel épisode de poussières de sable du Sahara en France. Selon les données des satellites de Copernicus, le programme d’observation de la Terre de l’Union européenne, l’Hexagone devrait être touché par des vents d’altitude chargés de sable à partir de ce vendredi 17h. Le phénomène devrait d’abord se concentrer sur le sud-ouest du pays avant de progresser vers l’est et le centre de la France. Il pourrait également arriver en bordure de la région parisienne. 

 Ces épisodes, qui semblent être de plus en plus fréquents dans l'Hexagone, peuvent être dangereux pour la santé. L’organisation météorologique mondiale (OMM) estime ainsi que ces poussières sont "une sérieuse menace pour la santé humaine". Notamment, car l’arrivée des sables du Sahara a un impact sur la qualité de l’air. Ces poussières peuvent occasionner des irritations et des problèmes respiratoires, particulièrement pour les personnes les plus fragiles. En mars, lors du dernier épisode enregistré en France, le département des Pyrénées-Atlantiques avait ainsi déclenché une alerte pollution en raison d’un niveau élevé de particules en suspension dans l’air. 

Risques d'affections respiratoires

Le risque, détaille l’OMM, dépend de la taille des poussières et de leur concentration. Les particules les plus grosses, qui ne peuvent pas être inhalées, provoquent "surtout des irritations de la peau et des yeux, ainsi que des conjonctivites et accroissent le risque d’infection oculaire". Lorsque les particules sont plus petites, inférieures à 10 micromètres, elles peuvent en revanche être inhalées et se déposer dans le nez, la bouche et les voies respiratoires. Elles peuvent alors provoquer des "affections respiratoires (asthme, trachéite, pneumonie, rhinite allergique, silicose etc.)" 

Dans une étude parue en 2017, l’institut de Veille Sanitaire des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse (INVS) s’est également penché sur le phénomène des vents de sable et en a conclu que ces vents pouvaient "introduire dans l’atmosphère des micro-organismes et d’autres matériels microbiologiques, comme du pollen ou des champignons et moisissures". L’INVS rapporte ainsi que des champignons connus pour causer des réactions allergiques, des infections pulmonaires ou des infections cutanées chez l’être humain ont été retrouvés dans ces poussières. 

Particules néfastes et métaux lourds

Par ailleurs, une étude parue dans la revue Epidemiology en 2008 pointe que ces poussières peuvent contenir des particules néfastes pour la santé comme du nitrate, du sulfate, du phosphore, de l’ammonium, du fer, de l’aluminium, du carbone ou encore du sodium. Elles peuvent également transporter des virus et des métaux lourds ou des pesticides dangereux. L’Organisation mondiale de la santé a, de son côté, confirmé que "des études épidémiologiques ont mis en évidence un risque accru de mortalité cardiovasculaire due à des problèmes respiratoires, ainsi que d’asthme chez l’enfant". 

Des risques réels qui restent toutefois à mesurer, car les concentrations de particules sont modérées dans les pays européens. Pour se protéger, les autorités sanitaires recommandent d’éviter de pratiquer une activité physique intense. Porter un masque peut aussi permettre de réduire les risques, en filtrant les particules inhalées. Par ailleurs, en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, elles conseillent de consulter un professionnel de santé, notamment si vous êtes fragile au niveau cardiaque ou pulmonaire.


Annick Berger

Tout
TF1 Info