Canicule : la France face à une nouvelle vague de chaleur

Comment expliquer cette chaleur en plein automne ? On a posé la question à Evelyne Dhéliat

Propos recueillis par Matthieu DELACHARLERY
Publié le 25 octobre 2022 à 16h02
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La France connaît depuis plusieurs jours une période de chaleur particulièrement inhabituelle à cette période de l'année.
Dans le sud-ouest de la France, le thermomètre a dépassé le 30 degrés.
La rédaction de TF1info a interrogé la météorologue Evelyne Dhéliat, pour en savoir plus ce phénomène.

Le thermomètre a flirté avec les 34 degrés la semaine dernière dans le Sud-Ouest, alors que la France connaît actuellement un épisode de chaleur inhabituel pour un mois d'octobre. Les températures devraient encore rester particulièrement élevées au cours des prochains jours, si bien que cela ne fait désormais plus aucun doute pour les météorologues : octobre 2022 sera le mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré dans le pays depuis le début des relevés en 1900. 

Le précédent record remonte à octobre 2001, avec 16,3°C en moyenne contre 17°C pour ce mois-ci, indique Ouest-France, qui se base sur des données transmises par Météo-France. Comment expliquer ces températures exceptionnelles pour un mois d'octobre ? Cette chaleur remarquable va-t-elle encore durer longtemps ? Des phénomènes météorologiques intenses comme ceux dans le Pas-de-Calais et la Somme le week-end dernier sont-ils à craindre ? Pour en savoir plus, la rédaction de TF1info a contacté Evelyne Dhéliat, la météorologue de TF1.

Comment expliquer les températures douces de ces derniers jours et qui se maintiennent encore aujourd'hui sur une large partie du pays ?

On a un flux sud-sud-ouest qui se maintient depuis plusieurs semaines sur la France et qui a donc accumulé un sillon d’air chaud. Cette masse d’air chaud quasi subtropical remonte en passant par le Maghreb. Ce phénomène provoque des températures exceptionnelles qui, par endroit, sont supérieures de 10°C par rapport aux normales de saison. Lundi après-midi, il a fait 32°C à Calvi en Corse. À Nancy, il faisait 21°C, soit sept degrés au-dessus des normales saison. C’est du jamais vu sur une période aussi longue. 

Et c'est aussi le cas après le coucher du soleil où les minimales correspondent actuellement aux températures les plus chaudes qu’on devrait avoir dans la journée en temps normal à cette saison. On a d’ailleurs enregistré des records dans la nuit de dimanche à lundi dans le sud de la France. À Arles (Bouches-du-Rhône), par exemple, la température n’est pas descendue en dessous de 21,4°C à la nuit tombée, le précédent record remontait à 2004 avec 21,3°C. 

Cette chaleur va-t-elle durer encore longtemps ?

Selon nos prévisions, cela va encore se poursuivre toute la semaine et même la suivante, avec de la douceur pour le début du mois de novembre. À plus long terme, peut-être même jusqu’à mi-novembre, avec des températures un peu moins élevées, mais qui resteront au-dessus des normales de saison. Habituellement, à cette période de l’année, les températures devraient baisser progressivement étant donné qu'on s’enfonce dans la période de l’automne. On devrait être sur une moyenne de 15°C au nord et de 18°C dans le sud pour les maximales. Or, pour l’instant, il n’y a pas de vague de froid en vue.  

L’année 2022 est la plus chaude et la plus sèche jamais enregistrée pour le moment en France. Cette chaleur tardive est-elle la conséquence du réchauffement climatique ? 

Il y a une accélération du réchauffement climatique. On s’aperçoit au fil des années et notamment ces derniers temps que les périodes de canicule sont de plus en plus précoces, mais aussi de plus en plus tardives. Cette période de chaleur exceptionnelle à retardement, même si ce n’est pas une canicule à proprement dit, s’inscrit dans cette tendance. Il y a aussi le fait que, tout au long de l’été, nous avons eu des températures très élevées. De ce fait, la température de la mer baisse moins rapidement que la température de l’air. 

À cela s'ajoute encore la sécheresse des sols. De fait, même s’il a plu un peu ces derniers jours, cela ne suffit pas pour créer de l’évaporation qui a justement pour effet de faire baisser les températures. C’est toute cette accumulation de phénomènes qui explique la chaleur actuelle.

Le week-end dernier, deux tornades ont causé d'importants dégâts dans les départements de la Somme et du Pas-de-Calais. Ce phénomène météorologique intense est-il lié à la période de chaleur que nous connaissons actuellement ?

Les tornades se forment lors d'un conflit de masse d’air. Plus le contraste entre l’air chaud en basse couche et l’air froid en amplitude est important, plus les orages sont violents. Et ce sont précisément à l’intérieur des cellules orageuses que se forment les tornades comme celles qui a frappé le nord du pays. Avec les températures estivales actuelles, dès qu'une perturbation automnale arrive avec l'air frais, le phénomène est amplifié.


Propos recueillis par Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info