Le mois de janvier 2024 a enregistré de forts contrastes en termes de températures.
La longue séquence de fraîcheur du 7 au 20 janvier a été encadrée par deux périodes de fortes douceurs.
Ce mercredi, le sud de l'Hexagone a même été touché par des températures printanières.

Les températures font les montagnes russes en France ce mois-ci. Après un début janvier particulièrement doux, le thermomètre avait fortement chuté à compter du 7, avant de nettement remonter ce mercredi 24. Une période de grande douceur qui devrait être amenée à se prolonger au-delà du 31 janvier, alors que  le premier mois de l'année, malgré quelques températures négatives, sera le 24e mois consécutif au-dessus des normales de saison sur la période 1990-2020. 

Cette remontée des températures s'explique par un flux océanique qui s'est "de nouveaux installé sur la France depuis dimanche dernier dans le sillage de la dépression ISHA", détaille Météo-France, chassant ainsi l'air froid vers le nord et le centre de l'Europe. Dès lors, l'air doux stationné dans les Açores, les Canaries et la péninsule ibérique "a pu envahir la France, propulsant les températures bien au-dessus des normales de saison", indique l'organisme.

Plus de 10°C à 1800 mètres d'altitude

Les relevés de température dès ce matin ont montré le net réchauffement en cours dans l'Hexagone. À 6h, il faisait près de 15°C à Paris. Dans l'Ouest, les températures minimales étaient proches des records mensuels avec des valeurs au-dessus de 12°C. Une tendance qui s'est confirmée dans la journée, avec des records de chaleur battus notamment dans le sud de la France. Du côté des Pyrénées, à 11h, il faisait déjà plus de 10°C à 1800 mètres d'altitude, et le météorologue Gaétan Heymes note sur Twitter qu'il a fait 19°C à la station météo de Gavarnie à 1410 mètres. "La station est relativement jeune (ouverte fin 2007) mais la valeur maximale observée jusqu'alors en janvier était de 15,5°C les 14 et 15 janvier 2011", détaille-t-il. 

Dans les Pyrénées-Orientales, "la barre des 20°C a été franchie pour la première fois au mois de janvier à Formiguères (1495 mètres)", indique également le météorologue. Avec 20,1°C ce 24 janvier, la station météo ouverte en 2005 explose son précédent record du 13 janvier 2007 (18,8°C). Les Alpes n'ont pas été épargnées, comme le note le météorologue de Météo-France François Jobard qui s'alarme de la situation : "Huit degrés en Haute-Maurienne à 8 h du matin à 1800 m. C'est de la folie. Combien on aura en juillet ?"

Plus bas, plusieurs records de températures ont été battus ou égalés pour un mois de janvier : dans les Bouches-du-Rhône, il a fait 21°C à Arles (précédent record 20,4°C le 19 janvier 2007). Dans le Gard, le thermomètre est monté à 20,8°C à Aigues-Mortes (précédent record de 20,6°C le 19 janvier 2007) et à 21°C à Nîmes (20,5°C le 10 janvier 2005). Dans l'Hérault, Montpellier a battu son record du 28 janvier 2002 (21,2°C) avec 22,1°C mesurés et dans le Var, Le Luc a vu le mercure grimper jusqu'à 22,5°C (précédent record 22,4°C le 6 janvier 2015).

Dans le Rhône avec 18°C, Lyon affiche une température supérieure de 11°C aux normales de saison, c'est +9°C à Nancy, une "douceur qui détonne par rapport à la journée sans dégel du vendredi 19 janvier", pointe Météo-France dans un communiqué. 

Des températures remarquables mais de plus en plus fréquentes

Ces températures printanières pourraient avoir des effets dramatiques, notamment sur les végétaux. "Jours et nuits, les températures sont au-dessus des seuils végétatifs de tous nos arbres (5 à 10°C) : les premières floraisons ne devraient pas tarder. Trop précoces malheureusement, comme ces quatre dernières années", prévient sur X l'agroclimatologue Serge Zaka. Si la floraison débutait, les végétaux seraient alors particulièrement vulnérables à un regel par la suite.

D'autant que la chaleur devrait persister. "La douceur remarquable sur nos régions trouvera son point d'orgue vers les régions méditerranéennes, mercredi ou jeudi, avec 25°C possibles l'après-midi dans les environs de Perpignan, Prades ou Durban-Corbières", pointe Météo-France qui estime que ce temps devrait durer toute la dernière semaine de janvier "et probablement pour les premiers jours de février". De quoi amplifier la sécheresse qui touche le littoral méditerranéen et particulièrement les Pyrénées-Orientales.

Si ces mesures sont remarquables pour un mois de janvier, elles ne sont pas inédites, et tendent à se multiplier ces dernières années en plein hiver. En 2016, Toulon avait ainsi enregistré une température de 20,5°C le 8 janvier, il avait fait 20,7°C à Montpellier le 3 janvier 2018 et 25,4°C à Perpignan le 3 février 2020.Des épisodes de douceur en pleine saison hivernale qui s'inscrivent "dans le cadre du réchauffement climatique", pointe Météo-France, "avec un réchauffement de l'atmosphère dans son ensemble, notamment en hiver". 


Annick BERGER

Tout
TF1 Info