Alors que les nappes phréatiques ont été remplies par les récentes pluies dans une grande partie de la France, le contraste est saisissant avec la situation dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales.
La sécheresse dure là-bas depuis deux ans.
Si des actions sont mises en place pour y faire face, leurs résultats pourraient se faire attendre.

Denis Basserie, arboriculteur de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), a perdu non seulement la moitié de sa production d'abricots cette année 2024, mais aussi la moitié de ses arbres fruitiers. Les récentes pluies n'ont pas suffi à endiguer les deux années de sécheresse. "Le peu d'arbres qui restent en vie sont en train de partir en lambeaux parce qu'il n'y a plus d'eau dans le réseau", se désole-t-il au micro de TF1. Inquiet pour l'avenir, il s'indigne que le plan eau annoncé mercredi n'apporte pas de solution à très court terme. "Il faut des retenues d'eau immédiates. Pas dans deux ans, de pas dans dix ans", assène-t-il. 

Les solutions envisagées prendront du temps. L'eau du Rhône pourrait être acheminée jusque dans les Pyrénées-Orientales grâce au réseau hydraulique Aqua Domitia, comme c'est déjà le cas pour certains agriculteurs dans l'Hérault.

Le prix de l'eau va augmenter

D'autres projets vont être lancés, notamment pour réutiliser les eaux des stations d'épuration. D'ici à quelques années, le vignoble du domaine Lafage pourra en bénéficier. En attendant, Jean-Marie Lafage, le propriétaire, répand sur ses vignes du biochar, un charbon végétal qui permet de conserver la moindre goutte d'eau dans le sol. "Il va jouer le rôle d'une éponge. Donc il va s'imbiber d'eau pendant la période où il va pleuvoir. Et puis pendant les périodes plus sèche, il va larguer cette eau. Ça nous permet de moins irriguer, 3 à 4 fois moins qu'auparavant." 

Dix millions d'euros vont être débloqués par l'État pour les nouveaux projets et le prix de l'eau augmentera dans les Pyrénées-Orientales.

 


La rédaction de TF1info | Reportage Aurélie Erhel, Manon Scarzello

Tout
TF1 Info