Succession d'intempéries : à Saint-Martin-Vésubie, Christophe Béchu veut anticiper la prochaine alerte

par F.Se
Publié le 23 octobre 2023 à 18h20

Source : JT 13h Semaine

Le ministre de la Transition écologique s'est rendu à Saint-Martin-Vésubie, où la dépression Aline a fait d'importants dégâts.
La commune ne s'était pas encore relevée du passage de la tempête Alex, il y a seulement trois ans.
Christophe Béchu veut remettre tous les acteurs de la reconstruction en "mode alerte".

Le ministre de la Transition écologique a avancé le prochain conseil de la reconstruction post-tempête Alex, pour éviter que la prochaine alerte météorologique ne provoque de nouveaux dégâts dans les Alpes-Maritimes. Christophe Béchu était en visite ce lundi à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), commune dévastée par la tempête Alex en 2020 et de nouveau touchée par Aline vendredi

"Aline n'était pas Alex, mais Aline a ravivé les blessures d'Alex et insisté sur certaines plaies", a déclaré le ministre sur place. Vendredi, le débit de la Vésubie avait bondi de 60 à 200 m³ par seconde, et submergé deux ponts provisoires, emportant des pans de chaussée et coupant les accès au village de Venanson, et à plusieurs centaines d'habitations de Saint-Martin-Vésubie. 

On ne peut pas dire que le pire est derrière nous
Christophe Béchu

En revanche, aucune victime n'est à déplorer, contrairement aux dix morts et huit disparus d'Alex, et ce en partie grâce aux mesures préventives : écoles et lieux publics fermés, habitations dangereuses évacuées, et secours prépositionnés. "Malheureusement, les conditions pour que cela recommence sont réunies. Le dérèglement climatique fait craindre d'autres épisodes, plus fréquents. On ne peut pas dire que le pire est derrière nous", a estimé Christophe Béchu. 

Pourtant, les efforts de reconstruction depuis trois ans ont porté leurs fruits, selon le ministre : "Environ 80% de ce qui était prévu a été réalisé, et là où cela a été fait, quasiment tout a tenu", a-t-il relevé. Mais certains chantiers essentiels n'ont pas encore débuté, comme le pont définitif menant au petit village de Venanson (170 habitants). D'où la colère des habitants, exprimée par la maire du village, Loetitia Loré : "Est-ce qu'on peut rester vivre ici ? Il est hors de question qu'on attende encore trois ans pour avoir des structures définitives"

Pour "donner de la visibilité", le ministre a annoncé qu'il tiendrait dès fin novembre le prochain conseil de la reconstruction, prévu normalement début 2024, et a demandé au préfet de lister les blocages. Les procédures mises en place au lendemain de la tempête Alex "n'ont pas été efficaces jusqu'au bout. Il faut se remettre en mode urgence", a-t-il insisté. 

Dimanche, la préfecture avait réquisitionné cinq entreprises locales de BTP et ce lundi, pelleteuses et engins de travaux s'affairaient pour déblayer le lit de la rivière et renforcer les abords des deux ponts provisoires, qui devraient être praticables dans les prochains jours. Mais pour les travaux définitifs, le président de la métropole Nice-Côte d'Azur, Christian Estrosi (Horizons), a pointé du doigt la lourdeur des procédures réglementaires, en particulier celles liées à l'environnement.


F.Se

Tout
TF1 Info