La France face à une sécheresse majeure

Températures record et risque d'incendie maximal sur la Côte d'Azur pour le week-end de l'Ascension

A.B.
Publié le 27 mai 2022 à 10h44, mis à jour le 27 mai 2022 à 15h12
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

De fortes chaleurs touchent le sud de la France.
La ville de Nice a battu son record de température maximale pour le mois de mai avec 31°C ce vendredi matin.
Conséquence : le risque d'incendie est maximal.

Les records continuent d'être battus. Alors que les températures avaient chuté ces derniers jours, dans le sud de la France, la chaleur est de retour pour ce long week-end de l'Ascension. Dans les Alpes-Maritimes, la ville de Nice vient ainsi de battre son record de douceur pour un mois de mai avec une température minimale nocturne de 23,5°C. Le précédant datait du 26 mai 2011 avec une température de 22,3°C. 

Ce vendredi matin, la ville de la Côte d'Azur a également battu son record de température maximale pour un mois de mai. À 10h20 ce matin, le thermomètre affichait en effet 31,4 °C, avant de redescendre à 29°C. Le précédent record datait d'il y a 50 ans, avec 30,3°C le 27 mai 1972. Et la chaleur pourrait s'intensifier par effet de foehn, avec un vent de terre passant au-dessus des reliefs de l'intérieur du Var et qui réchauffe l'atmosphère jusqu'au littoral. 

De manière générale, la région méditerranéenne a connu sa nuit la plus chaude et sa journée la plus chaude pour un mois de mai depuis le début des relevés en 1942. À noter, de nombreux records de chaleur pour un mois de mai d’ores et déjà battus en cette fin de matinée en Corse, à Bastia, Alistro ou au Cap Sagro avec plus de 30°C mais aussi dans d'autres villes de la Côte d'Azur telles que Cannes (31,0), Antibes (32,4) et Menton (32,7). 

Ces fortes chaleurs devraient dominer tout le week-end dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et sur le Languedoc. Ces températures élevées, couplées à un mistral très présent et à la sécheresse record des sols pour ce mois de mai, représentent un cocktail explosif et le risque d'incendie est maximal sur ces zones, un niveau rarement atteint avant le début de l'été.  

Dans le reste du pays, l’atmosphère sera bien plus respirable, avec des valeurs proches des normales au nord.


A.B.

Tout
TF1 Info