Risque d'avalanche maximal : qu'est-ce que le "retour d'est", à l'origine de chutes de neige considérables dans les Alpes ?

Publié le 4 mars 2024 à 13h17

Source : JT 20h WE

Les flocons sont tombés en abondance, dimanche 3 mars, sur les massifs alpins.
Le Queyras et la Haute-Maurienne ont notamment connu de très importantes chutes de neige, avec plus d'1,50 mètre par endroit.
En cause : un important "retour d'est", phénomène météorologique bien connu dans ces régions.

Alerte aux avalanches dans les Alpes. Météo-France a prolongé jusqu'en début d'après-midi sa vigilance orange pour la Savoie, les Hautes-Alpes et les Alpes-Maritimes ce lundi 4 mars, en raison des fortes chutes de neige qui ont touché les trois départements depuis dimanche. En Haute-Maurienne (Savoie) et dans le Queyras (Hautes-Alpes), les cumuls ont dépassé un mètre dès 1700 mètres d'altitude. La faute à un phénomène météorologique bien connu des habitants de ces régions alpines : le retour d'est. 

2 mètres en 48 heures fin février

Le retour d'est ne survient que deux ou trois fois par an. Et il est encore plus rare qu'il soit de l'ampleur connue ces dernières heures ; seulement tous les deux à quatre ans, soulignait le météorologue Gaëtan Heymes samedi sur le réseau social X

Ces événements se produisent lorsqu'une dépression se creuse sur le golfe de Gêne, en Italie, "avec un centre généralement situé sur la zone Corse et Sardaigne", précise Météo-France. Lorsqu'elle rencontre un fort vent venu des Alpes, elle vient buter sur les reliefs du Piémont italien, déversant d'importantes précipitations sur les massifs proches, des deux côtés de la frontière. Le Queyras y est particulièrement sensible. 

Le 28 février dernier, près de deux mètres de neige étaient tombés en 48 heures à l'Observatoire de Saint-Véran après un retour d'est. En 1978 et décembre 2008, le phénomène avait apporté plus de trois mètres de neige dans le secteur. Généralement très localisé, celui qui a sévi sur les massifs frontaliers dimanche a débordé sur la Clarée et la commune de Réallon (Hautes-Alpes), l'amont de la Haute Tarentaise ainsi que la Haute-Maurienne. Des zones où les quantités de flocons relevées sont impressionnantes avec 1 à 1,5 mètre enregistré par endroit en moins de 36 heures.

Des précipitations qui entraînent un risque important d'avalanche, les massifs étant classés en risque 5, sur une échelle de 5, pour les coulées de neige. "De nombreuses avalanches de très grande taille sont attendues et certaines pourront atteindre le fond de vallée", prévient Gaëtan Heymes. De son côté, Météo-France estime que "la probabilité de départs spontanés d'avalanche est 'très forte' ce lundi matin". Sur les massifs du Queyras et de la Haute-Maurienne, elles pourront même "atteindre les fonds de vallées et toucher des infrastructures ou des routes de montagne". 

Un risque qui devrait "nettement diminuer" lundi après-midi, d'où la levée attendue de l'alerte orange. Toutefois, même si la vigilance de Météo-France baissera d'un cran, une très grande prudence restera de mise en montagne, où les quantités de neige pourront rendre les sorties sur les massifs particulièrement dangereuses. 


Annick BERGER

Tout
TF1 Info