L'Europe frappée par des inondations meurtrières

Dérèglement climatique : Europe de l'Ouest, États-Unis, Chine... les catastrophes se multiplient

L.G
Publié le 19 juillet 2021 à 11h31
JT Perso

Source : JT 20h WE

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE - Inondations en Europe de l'Ouest, vague de chaleur au Canada, coulées de boue aux États-Unis... Les mois de juin et de juillet ont été marqués par des épisodes météorologiques très intenses. Le début de ce qui nous attend en termes de dérèglement climatique ?

Au moins 191 personnes sont décédées des inondations en Belgique et en Allemagne, mi-juillet. Dans le même temps, l'Espagne et la Norvège battent des records de chaleur (avec des températures qui dépassent les 40 °C pour la première et avoisinent les 35° pour la seconde), aux États-Unis, 10.000 hectares ont brûlé à cause des incendies. En Chine, elle aussi frappée par les inondations, des milliers de personnes ont été évacuées. Et en Inde,  23 personnes sont décédées à cause d'un glissement de terrain. 

Des épisodes climatiques d'une intensité rare qui posent évidemment la question du dérèglement climatique. Si pour Jean Jouzel, climatologue et auteur du livre Climat : parlons vrai avec Baptiste Denis, les inondations qui ont frappé l'Europe de l'Ouest, ne sont pas uniquement liées au réchauffement climatique, l'intensité du phénomène en est caractéristique.

"Nous serons confrontés à des épisodes climatiques de plus en plus extrêmes et fréquents avec des fortes vagues de chaleur, des crues, des sécheresses importantes, c'est évident. C'est ce que les scientifiques annoncent depuis déjà plus de vingt ans. Et ce n'est que le début", affirme-t-il dans une récente interview qu'il nous a accordée. 

Il y a vraiment des leçons à tirer de ces événements

Jean Jouzel, climatologue

Pour le climatologue, l'homme doit aussi veiller à s'adapter à ces nouveaux phénomènes notamment lors la reconstruction. "Le risque reste là si on reconstruit exactement au même endroit, dans les mêmes conditions. Il y a vraiment aussi des leçons à tirer de ces événements en termes d'adaptation au réchauffement climatique, de prévention",  ajoute-t-il dans la vidéo en tête d'article. 

Une adaptation d'autant plus nécessaire que selon les dernières études, en 2050, il devrait faire un degré de plus sur la planète qu'actuellement. Ce qui risque d'accélérer la fréquence de ces phénomènes météorologiques.


L.G

Tout
TF1 Info