Dans le département de l'Aude, des orages accompagnés de grêle ont provoqué des dégâts très importants.
La succession des intempéries extrêmes désespère les agriculteurs locaux, lourdement touchés.
À Val-de-Dagne, c'est un phénomène de "grêle sèche" qui semble avoir été particulièrement destructeur, a constaté TF1.

En dix minutes, ce viticulteur a perdu 40 hectares de vigne, ravagés par la grêle, comme on le voit dans le reportage de TF1 ci-dessus. Cédric Serre estime le préjudice à 250.000 euros, et ne peut que constater les dégâts : "On le voit très bien, il n'y a plus de bourgeons, c'est 100% de pertes, c'est la catastrophe, on a tout perdu". Ce week-end, de violents orages se sont abattus sur le département de l'Aude. D'abord, de fortes pluies, puis un court épisode de grêle. 

Première année d'installation, le gel, 2023 la sécheresse, et en 2024 la grêle
Un jeune agriculteur, installé à Val-de-Dagne depuis 4 ans

Dans le département, 1100 hectares de vignes ont été touchés. Et ce n'est pas la première fois que les viticulteurs subissent des évènements climatiques extrêmes. Bastien Mathieu, un viticulteur, installé il y a quatre ans, a déjà tout connu. "Première année d'installation, le gel, 2023 la sécheresse, et en 2024 la grêle", raconte le jeune agriculteur au micro de TF1, "à bout de forces".

La plupart des habitants du village de Val-de-Dagne n'avaient jamais observé un phénomène d'une telle violence, qui a laissé son empreinte sur les voitures restées dehors, martelées par d'énormes glaçons. "La grêle sèche, c'est ça qui était très violent et qu'on n'avait jamais vu", décrit l'un d'eux, "d'habitude ça se mêle à la pluie et ça fait moins de dégâts". La commune a demandé une reconnaissance de catastrophe naturelle. Les viticulteurs, eux, espèrent des aides exceptionnelles de l'État.


La rédaction de TF1info | Reportage : C. Gerbelot, J.M. Lucas

Tout
TF1 Info