Les fortes intempéries font des dégâts dans les maisons et sur les routes.
Les réparations peuvent être réalisées assez rapidement, mais cela coûte cher.
L'équipe du 20H l'a constaté dans les Hauts-de-France.

Il reste encore des centaines de litres de boue à évacuer. Les deux routes principales de Sailly-Laurette dans la Somme sont impraticables. Près de 48 heures après la coulée de boue qui a déferlé, les travaux de voirie ont déjà débuté, mais il va falloir beaucoup de temps pour tout remettre en état. "C'est impressionnant, j'ai rarement vu une hauteur d'eau avec autant de boue. L'enrobé, c'est une petite couche et à partir du moment où il y a une infiltration d'eau, ça finit par exploser", explique Alain Babaut, le président de la Communauté de communes Val de Somme.

Trottoir arraché par la rivière

Il y a six mois, 620 kilomètres de voirie avaient été détruits par les crues dans le Pas-de-Calais et la reconstruction prend beaucoup de temps, comme à Renty, où le trottoir avait été arraché par la rivière. Aujourd'hui, des pieux en métal ont été plantés pour sécuriser la route. La reconstruction, c'est un défi pour le département, car le coût est exorbitant, de l'ordre de "89 millions d'euros", selon Alain Méquignon, vice-président du Conseil départemental du Pas-de-Calais.

L'enchaînement de sécheresse, puis de fortes précipitations, tout comme les écarts de températures, sont à l'origine de nombreux glissements de terrain ou d'effondrements de chaussée, comme c'est le cas aussi près de Chambéry, dans les Alpes du Nord. Il faut alors repenser la conception des routes pour les adapter à ces phénomènes climatiques qui ne sont plus une exception. Dans le département du Pas-de-Calais, les travaux pour remettre toutes les routes en état vont durer au moins jusqu'en 2027.


La rédaction de TF1 | Reportage : Marion Fiat, Manon Debut et Bora Agirbas

Tout
TF1 Info