Bilan dramatique après de violents orages en Corse

VIDÉO - Intempéries : plusieurs villes balayées par les orages

TF1 | Reportage Mathilde Guénégan, Pauline Lefrançois, Céline Blampain
Publié le 18 août 2022 à 20h12, mis à jour le 19 août 2022 à 15h47
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Même si les dégâts y sont moins importants qu'en Corse, les intempéries avaient touché d'autres régions avant d'arriver sur l'île.
Des rues transformées en torrent et des amas de grêle, des scènes étonnantes pour un mois d'août.
Les équipes du 20H de TF1 sont allés à la rencontre des sinistrés.

Le réveil était surréaliste ce matin à Saint-Étienne. Les habitants ont dû ressortir leur pelle d'hiver en plein mois d'août. Plus de 40 centimètres de grêles sont tombés devant les maisons. "C'est l'hiver d'un coup, il va falloir qu'il y ait un peu de soleil pour faire fondre tout ça sinon ça va être long", réagit un stéphanois qui tente de dégager un passage devant sa maison.

Des jardins ont été dévastés par des torrents de grêlons mercredi 17 août au soir. Les rafales ont atteint les 130 km/h. Les stigmates sont encore visibles aujourd'hui. "On a retrouvé notre mobilier de jardin dans les champs", raconte un autre habitant. Le trafic ferroviaire a aussi été fortement perturbé par les intempéries. Mais jeudi 18 août au soir, les trains circulent à nouveau normalement.

Lire aussi

Un peu plus au sud, à Caumont-sur-Durance dans le Vaucluse, le maire de la ville a passé sa journée à faire un état des lieux des dégâts. Plusieurs arbres ont entraîné les fils électriques dans leur chute. Au total, 160 foyers ont été privés d'électricité. 

"Ce qui était vraiment exceptionnelle, c'est l'intensité du vent", assure Claude Morel, maire de  Caumont-sur-Durance dans le Vaucluse. Jeudi 18 août au soir, plus de la moitié d'entre elles ont pu être raccordées au réseau.

À Cassis, l'équivalent de 5 mois de précipitations

À Cassis, les agents de la métropole et les commerçants du centre-ville ont nettoyé pendant des heures la boue qui s'était infiltrée partout. "Comme Cassis est une ville en cuvette, quand il pleut tout s'accumule ici", explique un restaurateur. Mercredi 17 août au soir, en deux heures, plus de cinq mois de précipitations sont tombés sur la ville. Les mêmes images de rues inondées ont aussi été observées à Marseille mercredi. Les déchets charriés par la tempête ont échoué sur la plage. 

Par précaution, les plages du centre-ville de la cité phocéenne sont fermées. La baignade est interdite jusqu'à vendredi 19 août.


TF1 | Reportage Mathilde Guénégan, Pauline Lefrançois, Céline Blampain

Tout
TF1 Info