REPORTAGE - Dans le Sud-Ouest, les pluies ont cessé. Mais en Gironde, le niveau de la Garonne continue de monter. En 2020, presqu'à la même époque, il avait atteint 9,80 m. Plusieurs digues avaient été détruites. Faut-il s'attendre à un scénario similaire ?

La situation ne les empêche pas de discuter. Lise et Aimée regardent la crue depuis ce mercredi matin sans vraiment s'en inquiéter. Lise a un bail commercial sous son appartement et un mètre d'eau devant sa porte. Mais elle dispose d'une sortie de secours sur une rue derrière, au sec. Ce qui n'est pas le cas d'André Limoux, surveillant de nuit, quelques mètres plus loin. Son unique accès, c'est cette porte blanche, condamnée par l'eau. "Non, je ne peux pas encore l'ouvrir. Sinon, j'ai toute l'eau qui va encore rentrer un peu plus. Je suis un ancien nageur sous-marin. Donc, s'il faut que je nage, je nagerai", dit-il.

À la Réelle en Gironde, les habitants des quais ont pris l'habitude des crues de la Garonne, comme dans toute la vallée qui longe le fleuve. Et il a fallu bien s'adapter. À Bourdelles, l'eau a atteint 1,50 m il y a cinq ans dans cette maison. Alors, mur en ciment, prise électrique rehaussée, cuisine démontable en trois heures... Tout a été refait. Tout est prêt pour faire face à l'inondation mais les bénévoles espèrent que l'eau n'arrivera pas. Avec le maire, ils forment la réserve de Bourdelles. Depuis mardi, ils ont monté les protections, ont renforcé une faiblesse sur une digue.

Pour éviter le pire, la solidarité est plus qu'importante dans ce village. Parmi les membres de la réserve, nous avons rencontré Lewis, mi-temps de la commune depuis un an et sinistré une fois. L'entraide est de mise face à la Garonne même si cette fois, le niveau restera au moins un mètre plus bas que lors de la grande crue de l'hiver dernier.


TF1 | Reportage E. Braem, C. Brousseau

Tout
TF1 Info