Dans le nord-est de la France, l'eau est montée jusqu'à 1,50 mètre dans les maisons.
Elle commence enfin à baisser et les sinistrés découvrent l'ampleur des dégâts.
TF1 s'est rendu dans un village du Bas-Rhin, où le nettoyage peut enfin débuter.

C'est la première fois depuis trois jours que Sébastien Grosset n'utilisera pas son embarcation pour se déplacer dans son village d'Herbitzheim (Bas-Rhin) et ravitailler ses voisins. Ce lundi, difficile d'imaginer que cette rue était hier sous plus d'un mètre d'eau, mais la Sarre commence à rentrer dans son lit. Le programme de ce lundi de Pentecôte, il s'en serait bien passé. "Nettoyage, nettoyage, pas le choix", soupire-t-il dans le reportage ci-dessus, encore ébranlé par les journées difficiles qu'il vient de vivre.

Mobilier détruit

Hier encore, son quartier était complètement noyé, quasiment changé en village lacustre. Les piliers du jardin, pourtant hauts de plus de 1,50 mètre, n'étaient même plus visibles. Presque tout est à jeter chez Katia Wetzel. Mais avant de se résigner à le faire, cette autre habitante doit prendre des photos. Elles seront indispensables aux dossiers d'assurance que préparent tous les sinistrés.

À Herbitzheim, 70 maisons auront particulièrement souffert. Dans une maison familiale, ce sont les enfants et les cousins de la propriétaire qui prennent les choses en main. Ils ont grandi ici et n'avaient jamais vécu cela. L'électricité est de retour depuis hier soir. Pour le gaz, cela ne saurait tarder, les techniciens passent d'un compteur à l'autre pour le rétablir.


La rédaction de TF1info | Reportage : Jacques Rieg-Boivin, Laurence Claudepierre

Tout
TF1 Info