La Gironde et la Charente-Maritime sont toujours en vigilance orange crues.
La situation est aussi critique dans l'Yonne, à Chablis.
La commune se remet à peine de la brusque montée des eaux qui a commencé il y a trois jours.

Des plaques de bitumes brisées, arrachées, sur des dizaines de mètres. À Chablis, une des routes est complètement détruite. Depuis ce mardi matin, le tracteur est le seul moyen de se déplacer dans cette partie de la ville. Certains véhicules s'y sont bien essayés, en vain.

Le Serein n'a cessé de monter depuis la nuit du lundi 11 mars. À 2,20 mètres, ce cours d'eau a atteint son pic en milieu de la matinée de mardi, submergeant ainsi certaines rues. "C'est impressionnant, c'est un peu stressant, surtout pour les personnes âgées", assure une passante. Ici, les habitants sont très prudents. En effet, ils ont déjà connu des crues importantes en 1998 et en 2013.

Dans cette ville de Chablis, réputée pour son vin, plusieurs viticulteurs ont vu l'eau se propager rapidement, atteignant jusqu'à 50 cm chez certains propriétaires. C'est le cas notamment pour Thomas Labille. Son domaine est inaccessible aux camions qui devaient assurer la mise en bouteilles de sa production. Actuellement, 40.000 bouteilles sont en attente. Selon le viticulteur, les expéditions pourraient avoir jusqu'à un mois de retard car l'étiquetage et l'emballage sont totalement à l'arrêt. 

Dans l'Yonne, la vigilance orange pluie-inondation a été levée, mais le risque subsiste pour certaines communes situées aux alentours de Chablis.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Nadia Hadj Bouziane, Grégory Martin, Adrien Blettery

Tout
TF1 Info