Météo : y a-t-il un lien entre la tempête polaire aux États-Unis et le redoux en France ?

F.R | Reportage TF1 Ignacio Bornacin et David Salmon
Publié le 27 décembre 2022 à 23h17, mis à jour le 28 décembre 2022 à 9h55

Source : Sujet TF1 Info

Depuis plusieurs jours, les États-Unis sont confrontés à une intense tempête hivernale, avec des températures ressenties allant jusqu'à -55°C.
Au même moment, la France connaît une période de Noël anormalement douce, au point de battre des records.
Deux phénomènes qui sont en fait liés. Décryptage.

Jusqu'à -55°C contre 20°C. Tandis que les États-Unis subissent depuis plusieurs jours une violente tempête hivernale, où la température ressentie a pu descendre jusqu'à -55°C localement et qui a fait au moins 50 morts, la France a passé Noël au balcon. Avec des températures pouvant afficher +5,5°C au-dessus des normales de saison, selon Météo-France, l'Hexagone a connu son deuxième Noël le plus chaud jamais enregistré.

Dans le Sud-Ouest le mercure a ainsi dépassé les 26°C quand l'indicateur thermique national - une moyenne sur 24 heures des températures maximales et minimales enregistrées dans 30 stations météorologiques de référence réparties sur le territoire français - s'est établi à 11,3°C. Un record depuis 1997, où l'indicateur avait atteint les 11,7°C.

Un "rééquilibrage" permanent

Si le contraste entre le froid polaire américain et la douceur européenne est total, les deux phénomènes météorologiques sont en réalité liés. Les conditions extrêmes aux États-Unis sont dues à une arrivée d'air polaire, en provenance de l'Arctique. Cette masse d'air a traversé l'Amérique du Nord et s'est ensuite dirigée vers l'océan Atlantique. Au contact de l'océan, dont la température est beaucoup plus douce, une dépression s'est formée au-dessus de l'Atlantique.

Cette dernière a propulsé de l'air chaud et humide, et a attiré une autre masse d'air chaude, en provenance du Maghreb, vers l'Europe. Une question d'équilibre, comme l'explique Louis Bodin, chef du service météo chez TF1 dans le reportage en tête de cet article. "Cet air très froid qui est descendu sur une grande partie du continent nord-américain s'est compensé dans une autre partie de l'hémisphère Nord par une remontée d'air relativement doux. C'est un phénomène qui existe tout le temps, parce que dans cette idée de garder un équilibre thermique qui nous permet de vivre avec une température acceptable, on a besoin d'avoir en permanence ces rééquilibrages", décrypte-t-il.

Pas de panique toutefois : cette vague de froid extrême ne va pas arriver en France. En effet, les masses d'air en provenance de l'Amérique du Nord vont continuer de se réchauffer au-dessus des milliers de kilomètres d'océan Atlantique qui séparent les deux continents.Dans les prochains jours, la situation devrait s'améliorer aux États-Unis, notamment sur l'Est et le Midwest. En France, la douceur va perdurer au moins jusqu'à la fin d'année.


F.R | Reportage TF1 Ignacio Bornacin et David Salmon

Tout
TF1 Info