La foudre a frappé un terrain de football en plein entraînement jeudi soir à Courrières, dans le Pas-de-Calais, faisant un mort et un blessé grave.
Bien que rare, ce phénomène est à l'origine d'une dizaine de décès chaque année en France.
Des accidents trop souvent dus à un manque d’anticipation de l'activité orageuse, déplorent les spécialistes.

Le choc à Courrières après le décès d'un jeune homme, foudroyé en plein entraînement. L'orage qui a frappé un terrain de football jeudi soir dans cette commune des environs de Lens (Pas-de-Calais) a fait un mort mais aussi un blessé grave. "Il semblerait que la pluie intense (...) a fait que les personnes ont décidé de quitter le terrain", a expliqué à l'AFP le capitaine des pompiers Cédric Sauvage, chef du centre de secours lensois. "La foudre s'est abattue à ce moment-là, et a malheureusement impacté les quelques personnes qui s'y trouvaient encore."

Si de tels accidents demeurent relativement rares en France, ils sont souvent dus à un manque d’anticipation, voire de vigilance, face à l’arrivée d’un orage. 

Combien de personnes foudroyées chaque année ?

Chaque année, plus de 450.000 impacts de foudre au sol sont relevés dans l'Hexagone par Météo-France, qui recense en moyenne 260 jours d’orage par an depuis 2000. Or, une centaine de personnes sont foudroyées chaque année sur le territoire. Et parmi elles, une dizaine de décès sont à déplorer. À titre de comparaison, à l'échelle mondiale, près de 24.000 morts sont recensés par an.

Combien y a-t-il de personnes foudroyées chaque année en France ?Source : TF1 Info

À noter que sur 83 décès analysés au cours des dix dernières années en Europe, les deux tiers des victimes étaient des hommes, selon une étude publiée en 2022 dans la revue La Météorologie. Les statistiques montrent également qu'il s'agit souvent d'adolescents. Sur les 215 accidents étudiés dans le cadre de ces travaux et n'ayant pas forcément entrainé un décès, près de trois victimes sur cinq étaient en train de pratiquer une activité de loisir quand la foudre a frappé. Pour plus 70% des survivants, les séquelles sont permanentes et invalidantes

Quelles séquelles chez les survivants ?

Les lésions provoquées par la foudre, à savoir une décharge électrique et électrostatique de forte puissance, varient selon l'intensité de la décharge et de la durée d'exposition. Les séquelles les plus fréquentes sont cardiaques, auditives (rupture du tympan notamment), visuelles (brûlures de la cornée), motrices (paralysie) ou psychologiques (troubles de la mémoire, de la concentration ou encore dépression). 

Si la foudre ne tue pas systématiquement, c'est parce que le courant électrique emprunte toujours le chemin le plus court et le plus direct pour rejoindre la terre. En période estivale, grâce aux gouttes de sueur présentes sur la peau et plus conductrices que le corps, les centaines de milliers de volts que l’éclair transporte vont ainsi se contenter de glisser en surface sans le pénétrer. 

Une sous-estimation du risque ?

Bien que la plupart des spécialistes ne souhaitent pas effrayer, nombreux sont ceux à s'accorder sur le fait que certains de ces accidents rares mais potentiellement mortels pourraient être évités, notamment en se protégeant sous des abris de fortune. "Il y a des moyens d'être avertis par cette activité orageuse et il est vrai qu'il est conseillé de se mettre immédiatement à l'abri, surtout si on est à découvert", souligne le météorologue Patrick Marlière, directeur d'Agate Météo, évoquant une sous-estimation du risque. 

"Quand l'activité orageuse est marquée à ce point, et qu'on se trouve à découvert comme sur un terrain de football, chaque personne est le point le plus élevé. Donc s'il y a une activité électrique très marquée, elle peut même frapper plusieurs personnes en même temps", ajoute le spécialiste dans le reportage de TF1 à retrouver en tête de cet article. "Les Hauts-de-France sont une des régions les plus touchées par cette activité", rappelle-t-il. "Ça fait plusieurs fois que l'on observe ce couloir d'orages". 

Là, on était sur une activité orageuse très marquée avec plus de 180 impacts de foudre autour de Courrières
Patrick Marlière, météorologue

S'agissant des conditions orageuses observées jeudi soir, Patrick Marlière relève qu'elles "étaient généralisées sur quasiment 80% du territoire français qui était en vigilance jaune pour cette activité". Et de détailler : "Là, on était sur une activité orageuse très marquée puisqu'on a relevé dans un rayon de dix kilomètres autour de Courrières plus de 180 impacts de foudre. Autour de la ville en elle-même, il y a eu 35 impacts dans un rayon de deux kilomètres partant du centre-ville, donc une activité électrique très importante, plus importants que les autres fois."

En cas de forte activité orageuse, le moyen le plus sûr d'éviter un accident, est de se mettre à l'abri, dans une maison ou, à défaut, dans une voiture - à condition qu'elle ne soit pas décapotable. Malgré les idées reçues, si la foudre frappe la structure en métal du véhicule, le courant s’écoulera le long de la carrosserie et s’échappera vers le sol, protégeant ses passagers de l’électrocution. 


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info