La vague de froid tardive qui touche actuellement la France à de quoi surprendre après le temps estival du week-end dernier.
Cela devrait néanmoins se maintenir jusqu'à la fin du mois.
Avec les risques que cela comporte pour l'agriculture.

La neige a fait son retour surprise ce jeudi en France. Des flocons sont notamment tombés dans le Puy-de-Dôme, l'Allier, la Corse et encore plus étonnant sur la Côte-d'Azur. À Villeneuve Loubet, on se serait cru à la montagne ce jeudi, comme le montrent les images en tête de cet article, tandis que Cagnes-sur-Mer était sous la grêle. En cause : une masse d'air froid d'origine polaire venue d'Europe du Nord qui traverse actuellement le pays, provoquant une importante chute des températures. 

Ce jeudi, dans un jardin du Bas-Rhin où s'est rendu l'une de nos équipes.
Ce jeudi, dans un jardin du Bas-Rhin où s'est rendu l'une de nos équipes. - TF1

Autant dire qu'après la météo estivale du week-end dernier, cette vague de froid tardive a de quoi surprendre. Elle n'est pourtant pas exceptionnelle. "On retombe dans les normales de saison, et là, on est même passé en dessous des normales saisonnières. Mais en réalité, on a connu par le passé des épisodes au mois d'avril où les températures sont beaucoup plus fraiches que celles que l'on attend en cette période de l'année", résume Tatiana Silva, journaliste météo de TF1, dans le reportage du 20H à retrouver en tête de cet article.

Du froid jusqu'à la fin du mois

Cet épisode est d'ailleurs parti pour durer encore jusqu'au milieu de semaine prochaine au moins, et probablement jusqu'à la fin du mois. Sur toute la France, lundi et mardi sont annoncés comme les jours les plus froids, avec au moins trois degrés sous les normales de saison attendus. 

Plus en détails, précisait Météo-France dans un bulletin ce jeudi, l'anticyclone devrait s'étaler davantage sur le nord de l'Europe en début de semaine, ce qui entraînera un temps encore un peu plus frais avec un pic de fraîcheur attendu. Les pluies pourraient être fréquentes, notamment en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Corse.

À noter que cette baisse subite des températures n'est pas sans conséquence pour les agriculteurs. En témoigne, dans notre reportage, l'exemple d'un producteur de Villeneuve Loubet qui avait semé ses courgettes mercredi, avant que dix centimètres de grêle viennent tout ruiner. "Toutes les cultures qui étaient en plein champ, il n'y a plus rien", explique-t-il, "il n'y a plus qu'à recommencer". C'est aussi le cauchemar d'un arboriculteur qui, avec une nuit sous zéro degré, perdrait 90% de sa production de prunes. "Les gelées deux années de suite, on ne peut plus se permettre de perdre une récolte, c'est comme si à vous on vous disait deux ans sans salaire", explique-t-il à son tour au micro de TF1. Pour s'en prémunir, il a investi 60.000 euros dans une tour à vent pour réchauffer l'air autour de ses pruniers. 


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Diane Mourgues, Elsa Assalit et Alexis Tranchant

Tout
TF1 Info