Le 13H

Neige industrielle : qu'est-ce que cet étonnant phénomène observé dans plusieurs régions ?

ML | Reportage TF1 : Michael Guiheux et Sylvain Rolland
Publié le 20 janvier 2022 à 9h49, mis à jour le 20 janvier 2022 à 10h18
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

MÉTÉO - Plusieurs épisodes de neige industrielle ont été observés en France ces derniers jours. Ces flocons qui se déposent sur des périmètres ponctuels très restreints sont difficiles à anticiper pour les prévisionnistes.

Cette étrange neige, qui ne tombe que sur de tout-petits périmètres, une ville ou quelques quartiers, a surpris de nombreux Français ces derniers jours, dans plusieurs départements. À Bouguenais par exemple, en Loire-Atlantique, il y avait de quoi s'étonner puisque la ville a été drapée de blanc samedi 15 janvier, mais seulement sur une petite zone. 

C’est uniquement sur le quartier de la Matrasserie que les flocons sont tombés, relève France 3 Régions. "Je n'étais pas certain que ce soit de la neige, mais je n'en sais pas plus", confie un habitant dans le reportage de TF1 en tête de cet article. "On a vu une voiture toute blanche, avec une épaisseur de givre, on s’est demandé d’où cela venait", se souvient un autre. "C’était bizarre, on avait beau aller ailleurs, seule Bouguenais était enneigée."

D’autres villes se sont aussi couvertes d’un manteau blanc sur des périmètres très localisés ces derniers jours, comme à Lyon et sa périphérie, à Strasbourg ou encore à Cholet dans le Maine-et-Loire et à Castres, dans le Tarn.

L'étonnant phénomène de la neige industrielleSource : TF1 Info
JT Perso

Un effet "de couvercle"

Il s'agit en fait de neige dite industrielle. Ce phénomène survient quand en l’absence de vent et lorsque le thermomètre descend en dessous de 2°C. Dans ces conditions, on constate "une forte inversion de température", indique Météo France sur son site : l’air froid et humide, plus lourd que l’air chaud, reste prisonnier en effet près du sol tandis que la température en altitude est plus élevée. À cause de cet effet de "couvercle", l’humidité et la pollution ne peuvent pas être dispersées et restent bloquées dans l’air froid à proximité du sol, ce qui donne souvent lieu à des brouillards. 

 

Si cette pollution est forte, elle renforce alors l’humidité ambiante et va produire des petites particules solides, des "noyaux de condensation". Lorsqu'un nuage bas et chargé en eau passe au-dessus d'une zone qui émet une forte pollution, que ce soit "la pollution liée aux industries, à la circulation, aux appareils de chauffage", liste l’agence météo, sa vapeur d’eau se fixe sur ces noyaux. Avec le froid, l’eau gèle, se transforme en neige et tombe ensuite autour du site pollué.  

"Pas dangereux en soi"

Le phénomène est fréquent en hiver, mais il est impossible à anticiper pour les météorologues. "Nous savons assez bien prévoir les conditions météorologiques, mais par contre, la partie humaine n’est pas prise en compte dans les modèles, à savoir la localisation des zones industrielles, le moment où elles vont émettre des produits polluants et en quelle quantité", explique Marion Pirat, prévisionniste Météo France. "Cette neige est donc compliquée à prévoir."

Pas d'inquiétude toutefois : cette neige, bien que différente au toucher, puisqu’elle est très fine et tombe sous forme d’aiguilles, n'est pas plus dangereuse que la pollution habituellement contenue dans l'air.  "Ce serait même plutôt le contraire : il vaut mieux fouler aux pieds la pollution que la respirer", indiquait en 2016 auprès de l’AFP Yves Grégoris, alors directeur interrégional de Météo-France à Strasbourg.

 

"Il ne faut pas la consommer bien évidemment", alerte de son côté Air Pays de la Loire auprès de France 3 Régions. "Le phénomène n'est pas dangereux en soi, pas plus que la pollution de tous les jours, classée cancérogène et à l'origine de 40.000 décès prématurés en France."


ML | Reportage TF1 : Michael Guiheux et Sylvain Rolland

Tout
TF1 Info