VIDÉO - Inondations à répétition : le coup de gueule d'un élu du Pas-de-Calais

par N.K | Reportage TF1 Manon Debut, Charles Yzerman
Publié le 3 janvier 2024 à 22h37, mis à jour le 4 janvier 2024 à 9h44

Source : JT 20h Semaine

La commune de Blendecques, dans le Pas-de-Calais, est inondée pour la deuxième fois en deux mois.
L'adjoint au maire, Vincent Maquignon, est en première ligne.
L'élu interpelle l'État et lui demande d'agir face aux caméras du 20H de TF1.

Vincent Maquignon est à bout. L'adjoint au maire (SE) de Blendecques, dans le Pas-de-Calais, porte lui-même secours aux sinistrés alors que sa commune a subi une forte montée des eaux, comme les autres villes du département, placé en vigilance rouge aux crues, depuis mardi 2 janvier. Blendecques est inondée pour la deuxième fois en deux mois. Alors dans le reportage de TF1 ci-dessus, Vincent Maquignon lance un cri du cœur. "Tout ce qu'on demande, c'est de vivre en paix et que l'État réagisse", confie-t-il, avant de souligner que "les discours, c'est beau, mais malheureusement il faut agir, et pas en huit ans"

"On va vraiment prendre très cher"

Pour interpeller les autorités, l'élu, dont la maison a disparu sous les eaux, a accroché une banderole devant son domicile, sur laquelle il a écrit : "On veut vivre en sécurité. Maintenant, il faut agir, endiguer ou raser ce quartier. L'État, Capso [Communauté d'Agglomération du Pays de Saint-Omer, NDLR], SmageAa [Syndicat mixte pour l'aménagement et la gestion des eaux de l'Aa, NDLR] doivent agir et vite." 

Les nouveaux dégâts provoqués par les inondations actuelles s'ajouteront à ceux laissés par les crues de novembre. Plus de 100.000 euros de travaux sont à prévoir. "C'est trop compliqué à vivre, on se rend compte qu'on va vraiment prendre très cher", déplore l'adjoint au maire de Blendecques.

De gros travaux sont nécessaires

À Blendecques, l'eau continue de monter, ce mercredi. Toute la commune est privée d'électricité. Les habitants se sont réfugiés dans un gymnase. "On ne peut pas rester, surtout en hiver. Ce serait en printemps, on y arriverait, mais là, il va vite faire froid, ce n'est pas possible", souffle une habitante.

Vincent Maquignon se tient auprès des résidents. "On est tous dans la même galère, moi-même j'y suis, mais je passe mon temps auprès d'eux au lieu d'être à côté de ma famille. Je fais des choix", admet l'élu. Après ces crues, il espère que de gros travaux seront engagés. Selon lui, les berges du canal devraient être renforcées avec des planches métalliques. "Ça a un coût, maintenant, c'est l'État qui doit prendre ses responsabilités. Soit on y va, soit on n'y va pas et on laisse les gens dans la misère", affirme-t-il. 

Alors que "120 nouveaux sapeurs-pompiers, des militaires de la sécurité civile et des nouveaux moyens de pompage" vont être mobilisés dans le Pas-de-Calais, selon le ministère de l'Intérieur, pour Vincent Maquignon, il aurait plutôt fallu prévenir, et non guérir. En direct sur LCI ce mercredi, l'élu estimait que "si l'État français ne sait pas faire, il faut demander à nos collègues hollandais qui savent très bien faire". "Il y a des choses qui peuvent être anticipées, mais on ne le fait pas. On a déjà les pieds dans l'eau, il est déjà trop tard", a-t-il poursuivi.

Avec les habitants du quartier, Vincent Maquignon prévoit de créer une association pour porter plainte contre l'État pour inaction et mise en danger de la vie d'autrui.


N.K | Reportage TF1 Manon Debut, Charles Yzerman

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info