Une quarantaine de viticulteurs, et plus de 150 hectares de vignes, ont été touchés par la grêle mardi dans les Pyrénées-Orientales.
En plus de la récolte de 2023, celle de l'année prochaine pourrait en subir les conséquences.

La grêle tombée mardi soir dans les Pyrénées-Orientales a endommagé plus de 150 hectares de vignes, d'une quarantaine de viticulteurs. "Le bois a été broyé (...). Tout ça va commencer à sécher, à moisir", montre le viticulteur Matthieu Mestres à Ponteilla, au sud de Perpignan.

Ses huit hectares, achetés il y a un an, ont été détruits. "Ce n'est pas que ça qui est perdu, ce sont les huit mois qu'on a déjà faits, à traiter toute la nuit, à travailler pour rien", déplore-t-il, en s'inquiétant pour la perte d'argent, alors qu'il a un crédit à rembourser.

Un orage destructeur après un été de sécheresse

"C'est vraiment très difficile, puisque c'est consécutif : en 2020 on a eu le mildiou, en 2021 la sécheresse, en 2022 une autre année de sécheresse, en 2023 la grêle...", soupire Alain Roca, vigneron à Llupia, 8 km plus à l'ouest.

À Pollestres, près de Ponteilla-Nyls, les grêlons ont cassé 1000 m² de vitres d'une serre. "En début de campagne, on manque d'eau, donc on nous dit qu'il faut faire avec 50% de moins d'eau, on finit la culture et le seul orage qu'on prend nous esquinte", témoigne l'agriculteur Didier Salgado.

Au-delà du millésime 2023, cet enchaînement de sécheresse et de grêle risque d'avoir des conséquences sur la récolte de l'an prochain. Les plantes pourraient donner encore moins de fruits en 2024. Les Pyrénées-Orientales sont le département qui a été le plus touché par la sécheresse cet été.


JB Reportage TF1 : Aurélie ERHEL, Jean-Vincent MOLINIER

Tout
TF1 Info