VIDÉO - Inondations dans le Pas-de-Calais : des sinistrés évacués en tracteur

par Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Vincent Lamhaut, Bora Agirbas
Publié le 4 janvier 2024 à 15h15

Source : TF1 Info

À Arques, près de Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, l'eau est montée jusqu'en début de nuit dernière.
Dans le centre-ville inondé, des habitants ont dû être secourus… en tracteur.
Le bilan s'élève à 371 évacuations depuis le début des intempéries, le 30 décembre 2023, dans le département.

Ce n’est pas un hasard si Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, a choisi de se rendre à Arques ce jeudi 4 janvier. C’est dans cette commune du Pas-de-Calais, située en aval du fleuve de l’Aa, que la situation a été jugée la plus critique du département, toujours placé en vigilance rouge crues par Météo-France. Comme en témoignent les images singulières dans la vidéo ci-dessus, sur place, il est devenu extrêmement difficile de se déplacer, et a fortiori d’évacuer des sinistrés, autrement qu’en tracteur dans le centre-ville totalement inondé.

On pensait en novembre avoir eu des crues millénaires et six semaines plus tard, on est dans une situation pire
Benoit Roussel, maire d'Arques

"On a eu un épisode beaucoup plus grave que le 11 novembre dernier et on n'en voit pas le bout. L'eau est montée beaucoup plus vite, j'ai beaucoup plus de rues et d'habitants impactés. On pensait en novembre avoir eu des crues millénaires et six semaines plus tard, on est dans une situation pire. C'est beaucoup plus grave que le 11 novembre dernier", insistait, ce jeudi matin sur les ondes de France Bleu Nord, Benoit Roussel, le maire (PS) de la ville, au bout d’une nuit où 40 nouveaux sinistrés ont dû être évacués. Quelque 60 habitations de la commune étaient déjà inhabitables depuis novembre.

Des centaines de personnes évacuéesSource : JT 13h Semaine

Au total, dans le département, le bilan s'élève à 371 évacuations depuis le début de l'actuel évènement, le 30 décembre 2023, dont 115 ont été effectuées sur la seule journée du mercredi 3 janvier. Ce jeudi matin, les pompiers et la sécurité civile restent sur le pont. TF1 les a accompagnés dans leurs opérations à Blendecques et à Saint-Omer (voir le reportage dans la vidéo ci-dessus). On y retrouve Christian, qui a lui-même demandé à être évacué. Le retraité quitte son domicile avec Cocotte, son chat, le peu d’affaires qu’il a pu sauver, et beaucoup de regrets. 

"C’est le plus difficile, parce qu’on laisse sa vie derrière soi… Et puis, chez les autres, on n’est pas chez soi", soupire-t-il. Le sapeur-pompier Thibault Divard, en poussant la barque servant à transporter le sinistré, compatit sincèrement : "On se met un peu à leur place, forcément. Il y a de l’empathie. On se doute que c’est dur parce qu’au-delà de perdre des biens, ces gens ont aussi des objets qui n’ont pas de valeur." Christian sera accueilli chez sa fille. 

"Je n’en peux plus. Je ne veux plus…"

Ceux qui ne peuvent pas se rendre chez des proches ont trouvé refuge dans un gymnase municipal, transformé en camp de fortune. C’est le cas de Marie, qui vient d’y passer sa deuxième nuit de suite, avec ses deux enfants. "Moi, je m’en vais de Blendecques, c’est définitif, assure-t-elle à notre micro. Je n’en peux plus. Je ne veux plus… C’est très fatigant. Je suis à bout." Elle n’ignore pas que les rayons de soleil qui brillent en ce début de journée ne sont qu’un répit de courte durée. Entre 7 et 15 mm de précipitations sont encore attendus ce jeudi. Il ne faut pas s’attendre à une nette amélioration avant ce week-end.


Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Vincent Lamhaut, Bora Agirbas

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info