Alors que l’été approche, presque toutes les régions de France sont sous la pluie.
Ce printemps est-il exceptionnel en termes de précipitations ?
Le 20H de TF1 revient sur les records battus au mois de mai.

Après la pluie, le beau temps ? Le dicton attendra au moins jusqu’à la fin de ce mois de mai cauchemardesque qui a sévi un peu partout en France, y compris dans les régions traditionnellement ensoleillées, comme la Côte d'Azur, qui a souvent bien mal porté son nom. "C'est pas terrible, on a l'impression qu'il n'y a pas eu de printemps", déplore un homme, quand un autre confie avoir "parfois froid".

De nouveaux records ont-ils été atteints ? Météo-France dresse un constat de précipitations très inhabituel sur l’ensemble du territoire. "Mai est toujours un mois particulièrement pluvieux étant donné que c'est la fin du printemps, le début des orages", souligne Lucien Vernezoul, prévisionniste au sein de l'agence météorologique. Et d'observer, carte à l'appui, "une France qui a reçu plus de pluie que ce qu'elle reçoit en général en mai. On a plusieurs zones de record."

Deux anticyclones maintiennent la dépression en place

Ainsi, les anciens niveaux de précipitations dans certains endroits de la Vienne en 2008, de la Moselle en 2013 et du Bas-Rhin en 1922, ont été dépassés cette année. Concrètement, à Strasbourg, plus de 220 millimètres de pluie sont tombés depuis le début du mois. C’est trois fois la norme.

Comment s’explique ce dépassement ? Par un double verrou, exceptionnellement tenace, tout au long du mois. "On a un anticyclone sur l'océan, un autre sur l'Europe centrale, qui coincent complètement la dépression qui tourne en permanence sur elle-même et n'arrive pas totalement à se décaler", développe Évelyne Dhéliat, cheffe du service météo de TF1-LCI.

La situation n’est pas encore finie : à part de brèves embellies, de nombreuses régions vont continuer d'affronter ce mauvais temps dans les prochains jours.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : O. Santicchi, C. Abel, O. Stammbach

Tout
TF1 Info