Il y a un mois, la Bourgogne subissait les crues les plus importantes de son histoire.
Au total, 55 communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle.
Une équipe du 20H de TF1 a rencontré des commerçants et artisans ont enfin repris le travail.

Derrière leurs machines, les salariés retrouvent le sourire. L'usine redémarre enfin. Le 2 avril 2024, à Montbard (Bourgogne), l'eau est montée jusqu'à 40 centimètres, noyant les machines, inondant les entrepôts. Plus de 500 matelas sont à jeter à la poubelle. La facture des dégâts est colossale : "quasiment 600.000 euros", dit le gérant de l'usine "Passion literie", Jean-Pierre Royer.

Il est certain que l'assurance ne prendra pas tout en charge.
Catherine Sadon, maire (SE) de Semur-en-Auxois (Bourgogne)

Dans son atelier, Maël Le Goff, électricien, a perdu 20.000 euros. Ses outils, pas assurés, ont baigné dans l'eau plusieurs jours. "On a nettoyé toutes les boîtes, une par une, au pinceau, pour pouvoir en récupérer le maximum", raconte-t-il. Un mois de travail jour et nuit, son père est même sorti de sa retraite pour l'aider. "Toujours nettoyer le matériel fichu, tout nettoyer, certains soirs, on était dégoûtés", rapporte-t-il.

À Semur-en-Auxois, un pont a été fragilisé par la crue. Et il y a plus grave : une partie du parapet bordant une route a été emportée par l'eau. La route a été fermée par précaution et les réparations sont urgentes. Si la mairie ne connaît pas encore le montant des dégâts, elle sait déjà qu'elle ne pourra pas l'assumer seule. "Les assurances sont sollicitées, l'expert est venu et nous n'avons pas encore leur retour. Il est certain que l'assurance ne prendra pas tout en charge", explique dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article, Catherine Sadon, maire (SE) de la commune. Plusieurs villes de Côte-d'Or vont demander des aides d'urgence. Dans le département, 55 d'entre elles sont reconnues en état de catastrophe naturelles.


La rédaction de TF1 TF1 | Reportage Irvin Blonz, Grégory Martin

Tout
TF1 Info