Enfin, les fraises de Carpentras (Vaucluse) sont là.
Mais sur les marchés et les rayons des grandes surfaces, elles souffrent de la compétition avec les fraises d'Espagne.

Baignées par le soleil de Provence et balayées par le mistral, les fraises de Carpentras arrivent à maturité. Dans une exploitation, l'espagnol est la langue partagée par tous les cueilleurs. Mais les fruits sont français et ce sont ceux de notre voisin européen qui inquiète particulièrement Virginie Fraysse, productrice. "Il y a un emballage qui nous coûte de plus en plus cher, de la main-d'œuvre qui nous coûte beaucoup plus cher que chez nos voisins espagnols", explique-t-elle. "On ne peut plus nous demander d'essayer de nous rapprocher d'un produit qui n'est clairement pas le même."

Dans le Vaucluse, cela fait déjà plusieurs semaines que les fruits sont ramassés. Pourtant, sur les étals d'un supermarché situé à quelques kilomètres de là, on trouve essentiellement des fraises hispaniques. Comptez 6,99 euros le kilo, deux fois moins que nos fruits français. Une fraise plus abordable, mais le palais des consommateurs ne s'y trompe pas. Pour eux, la fraise française est meilleure.

Grâce à une saison ensoleillée, les 150 producteurs du département devraient produire 7000 tonnes de fraises cette année. Bien assez pour que vous en glissiez dans votre panier.


La rédaction de TF1 | Reportage Emmanuelle Binet, Frédéric Miara

Tout
TF1 Info