Au cœur des régions

Poids, couleur... les conseils d'un pro pour bien choisir son melon ?

Léa Tintillier
Publié le 11 juillet 2022 à 14h15, mis à jour le 18 juillet 2022 à 10h20
JT Perso

Source : JT 13h WE

C'est le fruit de l'été : le melon se récolte jusqu'en septembre.
Comment être sûr qu'il est juteux et bien sucré ?
Un spécialiste nous donne ses bons conseils.

Les melons sont nombreux qur les étals des marchés. Mais une fois devant tous ces fruits, on se pose souvent la même question. Comment bien  les choisir ? Pour y répondre, nous avons sollicité un professionnel. Antoine Peugeot, responsable qualité au syndicat du Melon de Cavaillon, nous rappelle quelques critères indispensables. 

La première chose à faire est de soupeser le melon. Plus le melon est lourd, plus il est mûr et sucré. "Sur deux melons, à volumes égaux, le plus lourd sera sûrement le plus mûr et le meilleur à déguster", explique Antoine Peugeot. 

Ensuite, il faut regarder sa couleur. "Elle doit être verte, tournant jaune", poursuit le spécialiste. C’est-à-dire que le melon ne doit être ni trop vert, ce qui signifierait qu’il est à sous-maturité, ni trop jaune, à l’inverse, à sur-maturité. 

Une craquelure au niveau du pédoncule

Au niveau du pédoncule, la queue du melon, il doit aussi y avoir une petite craquelure autour, signe de maturité. "Toutes les variétés d’aujourd’hui ne le font pas spécifiquement donc ce n’est pas le premier critère mais ça peut être un élément à prendre en compte", prévient-il. 

Il y a aussi le critère de l’odeur, qu’Antoine Peugeot prend néanmoins moins en compte. Un melon qui sent bon est à bonne maturité. "Le problème, explique le spécialiste, c’est que quand on est sur un grand rayon avec beaucoup de melons, forcément, une odeur sera dégagée mais ce ne sera pas forcément celle du melon qu’on aura choisi", poursuit-il. 

Lire aussi

Enfin, vous avez peut-être remarqué qu’il y a souvent une petite tâche sur tous les melons. "Ce n’est pas un défaut. C’est juste l’endroit sur lequel le melon était posé sur la terre", conclut Antoine Peugeot. 

Sachez enfin que la dénomination "Charentais" est une variété et ne vient pas forcément de Charente comme on pourrait le croire. Un melon Charentais peut tout aussi bien venir du Maroc, de l’Espagne ou de n’importe quelle région française. 


Léa Tintillier

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info