Affaire Quatennens : le député LFI dans la tourmente

VIDÉO - Alexis Corbière n'appellera "pas à la démission" d'Adrien Quatennens

La rédaction de TF1info
Publié le 24 novembre 2022 à 10h23
JT Perso

Source : L'Invité Politique

Le vice-président du groupe parlementaire LFI, Alexis Corbière, était l'invité d'Adrien Gindre ce jeudi sur LCI.
Interrogé sur l'Affaire Quatennens et les appels pour demander son retrait, le député déclare qu'il n'appellera pas à sa démission.

"On va écouter ce que dit la justice". Invité ce jeudi sur LCI, Alexis Corbière a réagi aux derniers développements de l'affaire Quatennens. L'épouse du député a formulé mercredi de nouvelles accusations de "violences physiques et psychologiques" exercées depuis "plusieurs années". Accusations que l'élu de La France insoumise, qui n’est plus apparu publiquement depuis plusieurs semaines, conteste "catégoriquement"

Lire aussi

Ces dernières semaines, les appels se sont multipliés pour demander son retrait de l’Assemblée. Le groupe insoumis, affirmant "prendre au sérieux cette parole", a annoncé mercredi soir que le député ne participerait pas à l’activité parlementaire, jusqu'à ce qu'une décision de justice soit rendue et que le groupe se prononce sur les suites à donner à cette affaire

"En fonction des éléments et de l’agenda judiciaire, nous déciderons collectivement" de l’avenir d’Adrien Quatennens au sein du parti, a réaffirmé Alexis Corbière, vice-président du groupe parlementaire LFI à l’Assemblée nationale, ce jeudi 24 novembre sur le plateau de LCI. 

Un député, pour ma part, je n’appellerai pas à sa démission

Alexis Corbière

Le député du Nord est convoqué le 13 décembre à Lille pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). "Nous allons évaluer collectivement, sur la base de faits qui ne sont pas juste une série de commentaires. A ce stade, je n’ai pas les éléments pour en juger", poursuit Alexis Corbière. 

"On va écouter ce que dit la justice. Peut-être que la décision ne sera pas satisfaisante et on se dira peut-être qu’il faut aller plus loin", explique le vice-président du groupe parlementaire à l’Assemblée. "Un député, pour ma part, je n’appellerai pas à sa démission. Je défends le droit de révoquer les élus. Ce sont les électeurs qui doivent garder le contrôle", juge-t-il.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info