Élection présidentielle 2022

"10 minutes pour convaincre" : ce qu'il faut retenir du passage de Valérie Pécresse sur TF1

Maxence GEVIN
Publié le 8 avril 2022 à 22h45
JT Perso

Source : JT 20h WE

Valérie Pécresse était l'invitée de "10 minutes pour convaincre", vendredi 8 avril sur TF1.
Pouvoir d'achat, référendum d'initiative populaire, climat : elle a expliqué plusieurs points de son programme.

À deux jours du premier tour de l'élection présidentiel, Valérie Pécresse était l'invitée de "10 minutes pour convaincre", sur TF1. La candidate des Républicains est revenue sur certains grands thèmes de ces derniers jours de campagne. Parmi les déclarations notables : sa volonté d'abaisser le prix des carburants et des transports, son combat pour la cause des femmes ou encore la nécessité de prendre en compte le vote blanc. En voici les principaux extraits. 

Son premier geste symbolique

Dès le lendemain du scrutin, si elle est élue présidente de la République, Valérie Pécresse va "retourner là où tout a commencé". "J'ai fait une promesse aux résidents autistes de Saint-Seutier. Je leur ai promis que, si j'étais élue, mon premier déplacement serait pour eux. Je veux être la présidente de tous les Français", précise la candidate LR, qui rappelle que "des milliers de nos compatriotes sont obligés de s'expatrier faute de lieu d'accueil approprié".

Ses premières mesures

Si elle est élue à la plus haute fonction de l'État, Valérie Pécresse prendra immédiatement une "mesure pour le pouvoir d'achat : énergies, transports, retraites". La candidate LR veut notamment baisser "le prix du carburant de 25 centimes", "abaisser à 5,5% la TVA sur l'ensemble des moyens de transports" et "indexer (sur l'inflation) les retraites".

Modification du temps de travail

Dans son programme, Valérie Pécresse défend le retour à une plus grande flexibilité en matière de temps de travail. Elle compte ainsi, de facto, mettre fin aux 35 heures généralisées, sans pour autant en abroger le texte. "Je crois au contrat plus qu'à la loi", déclare la candidate. "Je veux que les Français décident, dans leur entreprise, de leur temps de travail. Cela peut être pour travailler plus, différemment ou moins", ajoute-t-elle. "Ce sera par accord", conclut-elle.

Règle d'or budgétaire et initiative populaire

Sur le plateau du 20H, Valérie Pécresse a défendu deux autres grands types de réformes. D'une part, elle souhaite inscrire la règle d'or budgétaire dans la constitution, pour éviter les déficits. "Fixer dans la constitution le fait que l'on va retourner à l'équilibre, [...] je pense que c'est très important pour la confiance des Français", souligne la candidate. "Il y a des circonstances exceptionnelles qui pourront s'exonérer de cette règle", tempère-t-elle toutefois, prenant en exemple la crise du Covid-19. 

Par ailleurs, la présidente de la région Île-de-France veut "retrouver la confiance des Français". Pour cela, "il faut tenir ses engagements et promesses politiques et réhabiliter le référendum". Elle souhaite d'ailleurs la mise en place d'un référendum d'initiative populaire, "à partir de deux millions de signatures". Enfin, il faut prendre en compte le vote blanc. "C'est important pour certains abstentionnistes. Ça les conduirait à aller voter si leur bulletin était pris en compte", met-elle en avant. 

Réduction des émissions de gaz à effet de serre

Face à l'urgence climatique, sur laquelle le Giec ne cesse d'alerter, l'élue LR souhaite "retrouver la trajectoire 0 émission carbone d'ici à 2050". "Cela veut dire qu'il va falloir investir dans le nucléaire, les renouvelables. Surtout, il va falloir travailler sur la rénovation thermique des bâtiments", annonce-t-elle, tablant sur 700.000 bâtiments rénovés durant son quinquennat.

La cause des femmes

"Élire une femme présidente de la République doit apporter un plus aux femmes de France", lance Valérie Pécresse. "D'abord, je veux créer des juges spécialisés dans les violences faites aux femmes, qui puissent instruire leur plainte en 72 heures. Il faut aussi travailler sur la conciliation de la vie familiale et professionnelle - avec des allocations familiales dès le premier enfant - et s'occuper des mères seules en défiscalisant les pensions alimentaires qui leur sont versées pour leurs enfants", détaille-t-elle. "Enfin, je ferais de l'égalité salariale l'une de mes grandes causes", martèle-t-elle. 

Lire aussi

Pour ou contre...

La gestation pour autrui ? "Je suis contre parce que, pour moi, c'est la commercialisation du corps des femmes. C'est contraire à la dignité humaine".

L'interdiction du port du voile à l'université ? "Je ne suis pas favorable à changer la loi pour l'université. Mais je suis pour l'interdiction du port du voile lors des compétions sportives, pour les accompagnatrices des sorties scolaires et dans les bureaux de vote. Je suis également contre le port du voile des fillettes, car c'est une marque de soumission religieuse".

L'interdiction de la chasse le week-end ? "Contre parce que si on interdit la chasse le week-end, cela revient à l'interdire tout court. En revanche, je suis favorable à la mise en place d'accords locaux pour organiser un meilleur partage de l'espace entre les promeneurs et les chasseurs".


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info