À l'Assemblée, un couac à 120 millions d'euros pour les députés LREM

Aurore Briffod avec AFP
Publié le 24 juillet 2022 à 9h17

Source : JT 20h Semaine

L’Assemblée nationale a décidé d’allouer 120 millions d’euros aux départements qui versent le RSA en 2022 afin de compenser la hausse de 4% de cette prestation.
Les députés LREM ont été mis en minorité et, pour la première fois, n’ont pas été suivis par leurs collègues d’Horizons, pourtant alliés.

Une Assemblée agitée, de longs débats et une majorité en minorité. Dans le cadre du projet de loi de finances rectificative, l’opposition a infligé un nouveau revers aux députés LREM. Dans la soirée du samedi 23 juillet, l’Assemblée nationale a décidé d’allouer 120 millions d’euros aux départements en charge du versement du RSA, afin de compenser la hausse de 4% de cette prestation programmée par l’État. 

Un amendement en ce sens a été adopté par 125 voix contre 98, grâce à des votes favorables de la gauche, du Rassemblement national, des Républicains mais aussi, et c’est une première, de 13 députés d’Horizons, la formation d’Édouard Philippe, qui n’ont pas suivi leurs alliés de la majorité présidentielle. Toutefois, il est important de noter que même s’ils avaient voté contre, le scrutin n’aurait pas été renversé. 

La majorité en difficulté

Après ce nouveau couac, les esprits se sont rapidement échauffés et une suspension de séance a été demandée. "Essayer de voter à la hussarde des crédits aux collectivités ne me paraît pas approprié", a estimé Aurore Bergé, présidente des députés LREM. Son collègue Jean-René Cazeneuve, rapporteur général du Budget, s’est montré furieux : "Il faut s’avoir s’arrêter, on ne va pas subventionner toutes les dépenses des collectivités." Même son de cloche chez Bruno Le Maire "stupéfait de voir des parlementaires qui n’ont que le mot rétablissement des finances publiques à la bouche engager de telles dépenses publiques". 

Dans la soirée, un amendement à 1,1 milliard d’euros qui prévoyait que l’État compense aux collectivités la revalorisation de 3,5% des salaires de tous les fonctionnaires a été rejeté de justesse dans l’hémicycle, par 114 voix contre 111. Autre proposition qui n’a pas été adoptée : un soutien financier exceptionnel de 150 millions d’euros aux collectivités territoriales fragilisées par la revalorisation du RSA, la hausse du point d’indice des fonctionnaires ainsi que par l’augmentation des prix de l’énergie. Le rapporteur à l’origine de cet amendement l’a retiré, ce qui a suscité plusieurs rappels au règlement des oppositions et de nouvelles suspensions de séance alors que les débats sur le projet de budget rectifié doivent reprendre en début de semaine prochaine. 


Aurore Briffod avec AFP

Tout
TF1 Info