Le gouvernement Borne II

À quoi sert le discours de politique générale du Premier ministre ?

Justine Faure
Publié le 6 juillet 2022 à 9h19
JT Perso

Source : TF1 Info

Elisabeth Borne prononce ce mercredi 6 juillet son discours de politique générale devant le Parlement.
Il permet aux nouveaux locataires de Matignon d'exposer leur projet à la tête du gouvernement et de donner les grandes orientations de leur programme.
Non obligatoire, le discours de politique générale est traditionnellement soumis au vote de confiance des parlementaires.

Elisabeth Borne prononce ce mercredi 6 juillet son discours de politique générale devant le Parlement. Via cette allocution adressée aux représentants de la Nation, la Première ministre imposera son style, exposera les grandes orientations de son programme de gouvernement ainsi que les principales réformes et mesures qu’elle souhaite mettre en place, par exemple la loi "pouvoir d'achat" ou la réforme des retraites. 

La règle veut qu'au moment où le Premier ministre expose sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale, celle-ci soit lue en même temps à la tribune du Sénat par un autre membre du Gouvernement. Quand Elisabeth Borne s'adressera aux députés à 15h, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire lira son discours au Sénat. La cheffe du gouvernement lira ensuite un autre texte aux sénateurs à 21h. 

Lire aussi

Les discours de politique générale sont traditionnellement prononcés par les nouveaux Premiers ministres après leur nomination par le président de la République. Depuis le premier, lu par Michel Debré le 15 janvier 1959, il y en a eu 26. Le dernier était celui de Jean Castex, prononcé le 15 juillet 2020 après sa nomination à Matignon en remplacement d’Edouard Philippe. Ces discours ne sont pas obligatoires, la Constitution n’impose pas aux Premiers ministres d'en prononcer.

Quid du vote de confiance ?

Autre tradition qui n'est pas une obligation constitutionnelle : soumettre ce discours de politique générale au vote de confiance des députés. Elisabeth Borne a d'ailleurs fait savoir qu’elle ne s'y soumettrait pas. Faute de majorité absolue à l'Assemblée nationale, elle ne souhaite pas être désavouée et être dans l'obligation de démissionner si les parlementaires refusent de lui accorder leur confiance. En revanche, le discours de politique générale sera suivi d'un débat, qui s'annonce animé. La Première ministre devrait aussi être confrontée à une motion de censure, que compte déposer le groupe insoumis.


Justine Faure

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info