Abolition de la corrida : dénonçant une "obstruction", Aymeric Caron retire sa proposition de loi

J.F
Publié le 24 novembre 2022 à 17h59
JT Perso

Source : TF1 Info

Le député insoumis a décidé ce jeudi soir de retirer sa proposition de loi visant à abolir la corrida.
Il a dénoncé l'"obstruction" parlementaire et le dépôt de plus de 480 amendements par l'opposition.
L'élu promet de revenir à la charge avec un autre texte.

"Je dois me rendre à l'évidence, nous ne pourrons pas abolir la corrida en France aujourd'hui." Face à ce constat, dressé en raison des centaines d'amendements déposés dans le cadre de sa proposition de loi visant à abolir la corrida, l'insoumis Aymeric Caron a décidé de retirer son texte et de ne pas le soumettre au vote de ses collègues, ce jeudi. "Ce qu'il vient de se passer aujourd'hui n'est pas une fin mais ce n'est qu'un début", "avec mes collègues de La France insoumise, je vais déposer une nouvelle proposition de loi, transpartisane", a-t-il annoncé. 

"Je vois pas mal de lâcheté chez certains d'entre vous, dans la manière dont vous avez essayé de fuir le débat, dans la manière que vous avez de tout faire pour refuser le vote, le vote qui vous donnerez tort", a dénoncé le rapporteur du texte en s'adressant à ses collègues, après que le gouvernement par la voix de la secrétaire d'État à la ruralité Dominique Faure avait expliqué pourquoi il était contre cette loi.

"Je vous ai demandé si vous pouviez être à la hauteur du débat (…) en retirant tous les amendements d'obstruction", a déclaré l'ancien journaliste. "Il reste plus de 480 amendements à étudier. Avec un rythme de 20 amendements à l'heure, cela représente 24 heures", a-t-il constaté avec regret avant de donner quelques exemples et de citer un amendement pour que les corridas ne puissent pas se dérouler lorsqu'il fait plus de 40 degrés ou pour former les toreros au bien-être animal

Les députés dénoncent la "lâcheté" d'Aymeric Caron et regrettent de ne pas pouvoir débattre

Ses collègues ont ensuite pris la parole pour dénoncer la "lâcheté" d'Aymeric Caron et regretter que ce débat, qui divise les pro et les anti-corrida depuis plusieurs semaines, ne puisse pas avoir lieu. "Il y avait 20 amendements de suppression (…) si cet amendement avait été examiné, chacun aurait pu connaître la position de tous les députés", a déploré le président de la commission des Lois Sacha Houlié. "Je regrette que tout ce travail ait été vain et que cette clarification n'ait pas eu lieu. Je pense que vous avez fait œuvre de bien peu de courage aujourd'hui, par rapport à celui que vous aviez rassemblé jusqu'alors", a-t-il ajouté. 

Lire aussi

"Vous fuyez le débat, vous avez peur du débat", a estimé la députée LR Anne-Laure Blin. "Vous coupez la discussion générale juste avant que nous puissions émettre un avis différent" du vôtre. "Vous laissez croire que seul votre avis pourrait représenter les Français", a-t-il asséné. "J'allais voter pour (…) vous m'avez ôté cette possibilité de débattre", lui a assuré Anne-Laurence Petel (Renaissance), qui a également estimé que déposer des amendements d'obstruction "c'est à peu près de ce que fait LFI depuis le début de cette mandature". Aussi, le député MoDem Bruno Milliemme a regretté de ne pas avoir pu conforter son avis, encore indécis, en assistant au débat. "Vous auriez pu aller au bout, laisser l'Assemblée débattre. Peut-être perdre et remettre après votre ouvrage sur la table, mais au moins aller au débat."


J.F

Tout
TF1 Info